EXERCICE CORRIGE 5 : calcul fret aérien et maritime

L’exercice corrigé 5 traite un cas d’importation de soja en transport maritime.

Cet exercice corrigé 5 met aussi en exergue une opération d’exportation de pièces détachées en transport aérien.

Pour ces deux activités d’importation et d’exportation, je calculerai pour vous les Incoterms. En effet, je chiffrerai d’abord EXW, FAS, FOB, CFR, CIF, DPU, DAP et DDP relatifs à l’importation de soja en maritime.

Ensuite, je déterminerai par les Incoterms CIP, CPT, FCA et DDP concernant le processus d’exportation en transport aérien.

Je vous présente maintenant l’énoncé de l’exercice corrigé 5.

Le libellé de l’exercice corrigé 5

1 – LIBELLE DE L’EXERCICE CORRIGE 5

La société CI-SOJA constitue une entreprise spécialisée dans deux activités. En réalité, elle produit et exporte la poudre de soja en transport maritime.

Par ailleurs, la société CI-SOJA importe également des pièces de rechange par voie aérienne.

Les annexes 1 et 2 vous fournissent les informations relatives aux deux modes de transport annoncés plus haut.

En dehors des informations ci-dessus, Séguéla (Côte d’Ivoire) représente la ville de son siège social.

Sans attendre, je vous livre les données de l’annexe 1

1.1 Annexe 1 : Exportation de soja en transport maritime

Vous êtes nommé Directeur Commercial de CI-SOJA. On vous demande d’élaborer une cotation DDP Berlin.

Cette cotation concerne un client allemand sur la base des informations suivantes :

– Quantité : 6 000 boîtes de poudre de soja,

– Coût d’achat des matières premières : 200 XOF / boîte,

– Main d’œuvre : 150 XOF / boîte,

– Autres charges variables : 50 XOF / boîte,

– Charges fixes : 800 000 XOF,

– Conditionnement : 50 F XOF / boîte,

– Marge commerciale : 25% prix départ usine CI-SOJA,

– Nombre de boîtes par carton : 50,

– Masse brute d’un carton: 50 kg ; volume d’un carton: 0,25 m3,

– Post-acheminement : 2 000 USD,

– Transit export : 200 000 XOF,

– Mise à quai au port de Hambourg : 800 USD,

– Valeur assurée : CIF majoré de 10% et taux de la prime : 0,4%,

– Douane export : 150 XOF / boîte,

– Chargement sur camion à Séguéla : 4 000 XOF la 1/2 tonne,

– Taxe portuaire à Abidjan : 5 000 XOF,

– Acconage export : 100 000 XOF,

– Camionnage à quai à l’arrivée : 6 000 USD,

– Préacheminement : 200 000 XOF,

– Transit import : 20 000 USD,

– Taux cumulé des droits et taxes de douane à l’arrivée : 22% ; TVA : 18%,

– Fret de base : 50 USD l’UP ; BAF (4 USD l’UP) ; CAF (- 3%) ; CSP (2%) ; Ristourne (10%).

NB : 1 USD = 500 XOF

Patientez ! Je vous montre aussi les questions de l’annexe 1.

1.2 Les questions de l’annexe 1 concernant l’exercice corrigé 5

Je vous liste ces questions.

* Calculez les prix EXW, FAS, FOB, CFR, CIF, DPU, DAP et DDP en précisant les villes.

* Quel type d’expédition en conteneur proposez-vous à CI-SOJA ?

Identifiez les avantages et inconvénients pour cette entreprise.

* Le rapport du commissaire d’avaries mentionne les anomalies suivantes :

– 15 cartons ont disparu ;

– 4 cartons ont perdu chacun 25 boîtes ;

– 1 carton a perdu 40 boîtes ;

– 4 cartons ont perdu respectivement 20, 25, 30 et 35 boîtes.

Les frais de l’expert représentent 200 000 XOF.

Outre ces pertes, l’évaluation des frais de conservation et de gardiennage donne 100 000 XOF.

Pour ces anomalies, la franchise admise indique 2,5%.

Calculez le montant de l’indemnisation.

A qui incombe les manquants ?

Quelle garantie proposez-vous pour leur couverture ?

Je viens de vous donner les questions de l’annexe 1.

Passons maintenant à l’annexe 2

1.3 Annexe 2 : importation en transport aérien

CI-SOJA importe de Berlin des pièces de rechange  emballées dans 100 cartons. Cette commande indique les caractéristiques suivantes :

– Contenu d’un carton : 28 kg ;

– Tare d’un carton : 2 kg ;

– masse taxable : 3 800 kg

Le tarif général sur Abidjan mentionne :

– 1 500 à moins de 2 500 kg : 800 XOF / kg

– 2 500 à moins de 3 000 kg : 750 XOF / kg

– 3 000 à moins de 4 000 kg : 700 XOF / kg

– 4 000 à moins de 4 500 kg : 650 XOF / kg

– A partir de 4 500 kg : 600 XOF / kg

Après avoir indiqué les données de l’annexe 2, présentons les différentes questions.

1.4 Les questions de l’annexe 2 relatives à l’exercice corrigé 5

Je vous donne ces questions.

* Déterminez le volume d’un carton

* Calculez le prix CIP, CPT, FCA et DDP de la commande sachant que :

– Valeur assurée : CIP majoré de 10%,

– Taux de la prime d’assurance = 0,3%,

– Taux cumulé des droits de porte : 22,5%,

– TVA : 18% et TSD = 20 000 XOF,                     

– Taxe LTA : 8 200 XOF,

– Déchargement de l’avion : 300 000 XOF,

– Post-acheminement : 250 000 XOF,

– Prime d’assurance : 99 000 XOF,

Quelle est la différence entre la traite et le billet à ordre ?

Indiquez les formalités à remplir en cas de sinistre.

Citez les modes de réalisation du CREDOC.

Vous voyez ! Je viens de vous présenter le l’énoncé de l’exercice corrigé 5.

Attention ! Le plus dur commence.

Mais, une excellente concentration vous permettra d’assimiler la résolution de l’exercice 5.

2 – SOLUTIONS DE L’EXERCICE 5

Un extrait du corrigé de l’exercice 5

Débutons cette résolution par l’annexe 1.

2.1 Annexe 1 : Exportation de soja en transport maritime

A ce niveau, l’évaluation commence par le calcul des Incoterms.

2.1.1 Calcul des INCOTERMS

Pour évaluer les Incoterms annoncés plus haut, effectuons les calculs préliminaires.

Sans attendre, je vous montre ces calculs :

– Coût d’achat des matières premières : 200 x 6 000 = 1 200 000 XOF,

– Main d’œuvre = 150 x 6 000 = 900 000 XOF,

– Autres charges variables = 50 x 6000 = 300 000 XOF,

– Conditionnement = 50 x 6000 = 300 000 XOF,

– Nombre de cartons = 6 000 / 50 = 120,

– Masse brute totale = 120 x 50 = 6 000 kg,

– Volume total = 0,25 x 120 = 30 m3,

– Douane export = 150 x 6 000 = 900 000 XOF,

– Chargement sur camion = 2 x 4000 / tonne = 8000×6 = 48 000 XOF,

Fret net = fret base + BAF + CAF + CSP – RISTOURNE

Fret base = 50 x 500 x 30 = 750 000 XOF

BAF = 4 x 500 x 30 = 60 000 XOF

Fret corrigé de BAF = 60 000 + 750 000 = 810 000 XOF

Fret net = Fret corrigé BAF (1+tCAF)(1+tCSP)(1-tRistourne)

= 810 000 (1 – 3%)(1 + 2%)(1 – 10%) = 810 000 x 0,97 x 1,02 x 0, 9

= 721 272,6 XOF,

– Assurance = 0,0044 CIF.

CIF = CFR / 0,9956 = 6 840 939,27 / 0,9956 = 6 871 172,43 XOF

Pour mieux cerner le calcul de l’assurance, je vous invite à consulter mon article et vidéo : ‘calcul de l’assurance maritime’.

Ainsi, la détermination de l’assurance constitue la fin des calculs évoqués ci-dessus.

Pour la suite, l’évaluation des charges représente un préalable au calcul des Incoterms.

2.1.1.1 Evaluation des charges

Total des charges = Coût d’achat des matières premières + Main d’œuvre + Autres charges variables + Conditionnement + Charges fixes

Appliquons cette formule.

Dans ce cas, Total des charges = 1 200 000 + 900 000 + 300 000 + 300 000 + 800 000 = 3 500 000 XOF

A partir de ces charges ci-dessus, calculons l’Incoterm EXW.

2.1.1.2 Calcul de l’Incoterm EXW

On sait que le prix de vente = EXW = Coût de revient + marge commerciale

Dans cet exercice, le coût de revient = total des charges

Remplaçons donc le coût de revient par le total des charges.

La formule mathématique de l’Incoterm EXW devient :

EXW Séguéla = Total des charges + marge commerciale.

Or, la marge commerciale = 25% EXW.

EXW Séguéla devient : total des charges + 25% EXW

Du point de vue mathématique, on a :

EXW Séguéla = total des charges + 25% EXW

Cela donne : EXW – 25% EXW = Total des charges

EXW (1-0,25) = Total des charges

EXW = Total des charges divisé par 0,75

Finalement, EXW Séguéla = 3 500 000 / 0,75 = 4 666 666,67 XOF

Après la détermination de l’Incoterm EXW, évaluons FAS.

2.1.1.3 Calcul de l’Incoterm FAS

FAS Abidjan = EXW + Préacheminement + Chargement sur camion + Transit export +Taxe portuaire à Abidjan + Douane export

L’application numérique indique :

FAS Abidjan = 4 666 666,67 + 200 000 + 48 000 + 200 000 + 5 000 + 900 000 = 6 019 666,67

Poursuivons cette série d’évaluation avec FOB.

2.1.1.4 Calcul de l’Incoterm FOB

Du point de vue théorique :

FOB Abidjan = FAS + Acconage export

Ainsi, la pratique donne :

FOB Abidjan = 6 019 666,67 + 100 000 = 6 119 666,67 XOF

Enchainons avec l’Incoterm CFR Hambourg.

2.1.1.5 Calcul de l’Incoterm CFR

Je vous présente l’expression théorique de CFR.

CFR Hambourg = FOB Abidjan + Fret net

Chiffrons donc CFR.

CFR Hambourg = 6 119 666,67 + 721 272,6 = 6 840 939,27 XOF = 13 681,88 USD

Patientez ! Ce n’est pas tout. Je dois calculer CIF.

2.1.1.6 Calcul de l’Incoterm CIF

CFR calculé plus haut permet de déterminer CIF.

Ainsi, CIF Hambourg = CFR + Assurance

De manière pratique, on a :

CIF Hambourg = 6 840 939,27 + (0,0044×6871172,43) = 6 871 172,43 XOF

CIF Hambourg = 13 742,34 USD

Je continue les calculs en mettant en valeur l’Incoterm suivant : DPU

2.1.1.7 Calcul de l’Incoterm DPU

La formule de calcul de DPU se présente de la manière suivante :

DPU Hambourg = CIF Hambourg + Mise à quai à Hambourg + Camionnage à quai à l’arrivée

Appliquons la formule ci-dessus.

DPU Hambourg = 6 871 172,43 + (800 x 500) + (6000 x 500) = 10 271 172,43 XOF

= 20 542,34 USD

En dehors de l’Incoterm DPU, évaluons DAP.

2.1.1.8 Calcul de l’Incoterm DAP

De manière évidente, DAP s’exprime de la manière suivante :

DAP Berlin = DPU Hambourg + Post-acheminement

Cela revient à écrire :

DAP Berlin = 10 271 172,43 + (2000 x 500) = 11 271 172,43 = 22 542,34 USD

Terminons cette série de calculs par l’Incoterm DDP.

2.1.1.9 Calcul de l’Incoterm DDP

En tenant compte de l’énoncé :

DDP Berlin = DAP Berlin + Transit import + Douane import

Dans cet exercice corrigé 5, la douane import correspond au taux cumulé x la valeur statistique ou valeur en douane.

Je vous informe que CIF représente cette valeur statistique.

Finalement, la douane import = taux cumulé x CIF

NB : Dans cette partie, la TVA (18%) n’intervient pas de manière évidente dans le calcul. Car, le taux cumulé (22%) intègre déjà sa valeur.

Ici, il s’agit du taux cumulé des droits et taxes de douane. Or, cette TVA constitue une taxe.

Du point de vue pratique, la douane import = 22%6 871 172,34

Dans ces conditions, remplaçons la valeur de ‘’douane import’’ dans la formule pratique de DDP.

Ainsi, DDP Berlin = 11 271 172,43 + (20 000 x 500) + (22%6 871 172,34)

= 22 782 830,36 XOF = 45 565,66 USD.

Après cette succession de calculs des Incoterms, répondons à la question suivante.

2.1.2 Type d’expédition en conteneur

Nous proposons une expédition du type FCL / FCL.

Pour bien cerner mon choix, je vous invite à consulter mon article intitulé : ‘4 types d’expédition en conteneur’ et la vidéo concernée.

Ainsi, la présence d’un exportateur (CI-SOJA) et un importateur allemand justifie ce choix.

Présentons maintenant les avantages et inconvénients de ce type d’expédition en conteneur.

Commençons par les avantages.

* Avantages

J’ai répertorié deux avantages :

– Suppression de deux ruptures de charge qui permet d’éviter les manutentions brutales ;

– Protection de la marchandise tout au long du trajet.

Terminons par les inconvénients.

* Inconvénients

Comme précédemment, nous notons deux inconvénients :

– Charges de location du conteneur

– Coût d’empotage et de dépotage

Après cette réponse théorique, évaluons l’indemnisation.

2.1.3 Calcul du montant de l’indemnisation

Avant d’effectuer ce calcul, déterminons le nombre total de boîtes perdues.

* Le nombre total de boîtes perdues

– 15 cartons perdus : 15 x 50 = 750

– 4 cartons ont perdu chacun 25 : 4 x 25 = 100

– 1 carton a perdu 40 : 1 x 40 = 40

– 4 cartons ont perdu 20, 25, 30 et 35 : 20 + 25 + 30 + 35 = 110

TOTAL = 750 + 100 + 40 + 110 = 1 000 boîtes

Je viens de chiffrer le nombre de boîtes : 1 000

En tenant compte de ce nombre ci-dessus, calculons le taux d’avarie particulière.

2.1.3.1 Taux d’avarie particulière

Taux d’avarie particulière = ((nombre de boîtes perdues) x 100) / Total des boîtes = (1000 x 100) / 6000 = 16,67%

Ce taux permet de déterminer l’indemnité.

2.1.3.2 Calcul de l’indemnité

Je vous indique la formule de cette indemnité.

Indemnité = Taux d’avarie particulière x Valeur d’assurance (VA).

Or, VA = 1,1CIF. Référez-vous à mon article relatif à l’assurance.

Ce qui donne : VA = 1,1×6 871172,43 = 7 558 289,67 XOF

Dans ce cas, tenons compte de la franchise.

C’est pourquoi, nous obtenons la formulation suivante :

VA Restante = VA – Franchise = VA (1-2,5%) = 0,975 VA

VA Restante = 0,975 x 7 558 289,67 = 7 369 332,43 XOF

Avec la VA restante, calculons l’indemnité

L’indemnité = Taux avarie x VA restante

Du point de vue pratique, l’indemnité = 16,67% x 7 369 332,43 = 1 228 467,716 XOF

Passons maintenant à l’évaluation de l’indemnisation.

2.1.3.3 Calcul de l’indemnisation

Je vous montre donc l’équation de cette indemnisation.

Indemnisation = indemnité + frais de l’expert + frais conservation et gardiennage

L’application numérique donne :

Indemnisation = 1 228 467,716 + 200 000 + 100 000 = 1 528 467,716 XOF

Par conséquent, les manquants incombent au vendeur (CI-SOJA).

Concernant la couverture de ces manquants, nous lui proposons la garantie ‘’tous risques’’, car il s’agit de perte de marchandises.

Nous venons de traiter avec succès l’annexe 1.

Attendez la suite ! Je dois développer pour vous l’annexe 2

2.2 Annexe 2 : importation en transport aérien

Débutons ce calcul par la détermination du volume d’un carton.

2.2.1 Volume d’un carton

Masse taxable = (volume réel) / 6 

Cette égalité implique :

Volume réel = masse taxable x 6 = 3 800 x 6 = 22 800 dm3

Volume d’un carton = 22 800 / 100 = 228 dm3

Après ce calcul préalable, chiffrons les Incoterms.

2.2.2 Calcul des INCOTERMS

Pour bien mener l’évaluation des Incoterms, effectuons des calculs préliminaires.

2.2.2.1 Calculs préliminaires

– Masse brute d’un carton = 28 + 2 =30 kg

– Masse brute totale = 30 x 100 = 3 000 kg

– La masse retenue pour la tarification : 3 800 > 3 000 ; masse retenue = 3 800 kg

– Fret correspondant : 3 800 x 700 = 2 660 000 XOF

– Application du ‘’payant pour’’ : 4 000 x 650 = 2 600 000 XOF

– Prix du transport retenu = 2 600 000 F CFA, car 2 600 000 F < 2 660 000 XOF

Concernant ce calcul du fret aérien, je vous invite à consulter l’article concerné sur le blog et la chaine YouTube.

Penchons-nous maintenant sur l’assurance.

A ce niveau, l’assurance = Taux de la prime x Valeur d’assurance.

Cela nous donne :

Assurance = 0,3%(CIP +10%CIP) = 0,3% X 1,1CIP = 0,0033CIP

Enfin, déterminons le taux cumulé (TC).

Avant cette détermination, évaluons le taux des droits de douane (tDD)

D’après le libellé, le taux cumulé des droits de porte = 22,5%

Or, ce taux cumulé = taux RSTA + taux DD + taux PCC + taux PCS + taux PUA

Cela donne taux cumulé des droits de porte = 1% + Taux DD + 0,5% + 0,8% + 0,2%

Nous avons l’équation suivante : 22,5% = Taux DD + 2,5%

Finalement, tDD = (22.5 – 2,5)% = 20%

Ainsi, TC = 22,5% + 18%(100% + 20 % + 1%),

TC = 44,28%

Par ailleurs, prenons en charge les Incoterms.

Commençons cette prise en charge par l’Incoterm CIP.

2.2.2.2 Calcul de l’Incoterm CIP

Un peu plus haut, l’assurance = 0,0033CIP

A partir de cette égalité, tirons l’expression de CIP.

Ainsi, CIP = (Assurance) / 0,0033

L’application numérique indique :

CIP = 99 000 / 0,0033 = 30 000 000 XOF

Enchainons ces calculs par la détermination de CPT.

2.2.2.3 Calcul de l’Incoterm CPT

On sait que : CIP = CPT + Assurance

Cela revient à écrire :

CPT = CIP – Assurance

Appliquons cette équation

CPT = 30 000 000 – 99 000 = 29 901 000 XOF

Poursuivons notre chemin avec FCA

2.2.2.4 Calcul de l’Incoterm FCA

En tenant compte du libellé, nous obtenons l’égalité suivante :

CPT = FCA + Fret + Taxe LTA

Cette égalité permet de définir l’expression de FCA.

Ainsi, FCA = CPT – Fret net – taxe LTA

Du point de vue pratique :

FCA = 29 901 000 – 2 600 000 – 8 200 = 27 292 800 XOF

J’aimerais terminer cette série d’évaluation en traitant l’Incoterm DDP.

2.2.2.5 Calcul de l’Incoterm DDP

Avant de déterminer DDP, évaluons d’abord la douane import.

A propos de douane import, nous savons ce qui suit :

Douane import = Taux cumulé x Valeur taxable + Taxe supplémentaire de douane (TSD)

Or, la valeur taxable = CIP

Ainsi, la valeur taxable = 30 000 000 XOF

Ces données ci-dessus permettent de chiffrer la douane import.

Car, le taux cumulé = 44,28% ; la valeur taxable = 30 000 000 XOF et la TSD = 20 000 XOF.

Ce qui fait que : Douane import = 0,4428 x 30 000 000 + 20 000 = 13 304 000 XOF

En tenant compte de ce qui précède, je peux maintenant calculer l’Incoterm DDP.

D’ailleurs, sa formule théorique donne :

DDP = CIP + Déchargement + post-acheminement + Douane import

Sans attendre, appliquons l’équation mentionnée.

DDP = 30 000 000 + 300 000 + 250 000 + 13 304 000 = 43 854 000 XOF

Ouf ! Vous voyez ! Notre parcours dans l’exercice corrigé 5 constitue à n’en point douter une révision des connaissances acquises.

Ce n’est pas tout.

Répondons aux autres questions.

2.2.3 Différence entre la traite et le billet à ordre

Concernant cette différence, je note deux informations :

– Le vendeur est l’initiateur de la traite alors que l’acheteur est à l’origine du billet à ordre.

– La traite est plus fiable que le billet à ordre.

Ne partez pas ! Examinons la question suivante.

2.2.4 Les formalités à remplir en cas de sinistre

Je vous montre les dispositions à prendre en cas de sinistre.

Dans ce cas, je dénombre quatre points à respecter :

– Contrôle de la marchandise par le réceptionnaire afin d’émettre des réserves,

– Prise de mesures conservatoires pour éviter l’aggravation du dommage,

– Expertise d’un commissaire d’avaries afin de délivrer un certificat d’avaries et le rapport d’expertise,

– La constitution du dossier de réclamation par l’assuré.

Achevons l’exercice corrigé 5 en répondant à la question relative aux modes de réalisation du CREDOC.

2.2.5 Les modes de réalisation du CREDOC

Les paiements à vue, différé, par acceptation de traite et par négociation constituent les 4 modes de réalisation du CREDOC.

Globalement, j’ai répondu à toutes les questions de l’exercice corrigé 5.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

Je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

EXERCICE CORRIGE 4 : calcul du fret en conteneur

L’exercice corrigé 4 met en valeur le calcul du fret en conteneur complet (FCL) et conteneur de groupage (LCL).

Cet exercice corrigé 4 expose  également le calcul de l’assurance transport, douane import et les Incoterms 2020.

Je vous donne maintenant le libellé de l’exercice corrigé 4.

1 – LIBELLE DE L’EXERCICE CORRIGE 4

Présentation de l’exercice corrigé 4

METACI est une SA installée à Abidjan – Yopougon zone industrielle. Elle importe du métal  de Berlin en Allemagne.

Dans un contexte d’émergence annoncée en Côte d’Ivoire, elle passe une grande commande auprès de son fournisseur allemand.

Ainsi, je vous présente le libellé de l’hypothèse 1 de l’exercice corrigé 4.

1.1 Hypothèse 1 de l’exercice corrigé 4

Cette hypothèse indique :

– chargement par conteneur de groupage de 40’

– volume ; 64 m³ ;

– masse chargeable : 27 tonnes ;

– fret brut total (70 USD l’UP); BAF (4%); CAF (-2,5%); CSP (2%)

Attendez! Je vous donne aussi les informations relatives à l’hypothèse 2.

1.2 Hypothèse 2 de l’exercice corrigé 4

Contrairement à l’hypothèse 1, l’hypothèse 2 mentionne :

– chargement par conteneur complet de 20’

– volume ; 32 m³ ;

– masse chargeable : 18 tonnes ;

– fret brut total (1800 USD); BAF (3%); CAF (-2%); CSP (2,5%)

Après la présentation des 2 hypothèses, je vous montre les informations concernant les 3 annexes de l’exercice corrigé 4.

Commençons par l’annexe 1.

1.3 Annexe 1 : Caractéristiques de l’offre du fournisseur allemand

– quantité : 17 palettes de métal ;

– dimension d’une palette : 200 cm x 90 cm x 70 cm ;

– masse unitaire : 770 kg ;

– prix unitaire : 400 EUR.

Ensuite, je vous présente l’annexe 2.

1.4 Annexe 2 : informations fournies par le transitaire

– empotage du conteneur : 125 EUR

– transport d’approche : 600 EUR

– transit export : 900 EUR

– douane export : 1 200 EUR

– frais d’embarquement : 200 EUR

– taxe B/L : 40 EUR

– taux d’assurance : 0,4%

– valeur d’assurance : CIF majoré de 10%

Enfin, je vous donne les informations de l’annexe 3.

1.5 Annexe 3 : charges supportées en côte d’ivoire

* frais de débarquement au port : 130 000 XOF

* douane import

Les droits et taxes de de douane se présentent de la manière suivante :

– DD (Droits de Douane : 10%),

– RSTA (Redevance Statistique : 1%),

– PCS (Prélèvement Communautaire de Solidarité : 0,8%),

– PUA (Prélèvement Union Africaine : 0,2%),

– PCC (Prélèvement Communautaire CEDAO : 0,5%),

– TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée : 18%),

– TSD (Taxe Supplémentaire Douane : 20 000 XOF).

* post acheminement : 80 000 XOF

NB : 1 USD = 600 XOF ; 1 EUR = 655,957 XOF

Je vous liste maintenant les questions de l’exercice 4.

1.6 Les questions de l’exercice corrigé 4

 – En tenant compte des informations de l’annexe 1, déterminez le fret brut total de l’hypothèse 1.

Calculez le fret net à payer de chaque hypothèse.

Quel est votre choix pour la suite ? Pourquoi ?

– Quels sont les avantages de chaque hypothèse pour l’importateur METACI ?

– Déterminez les prix EXW, FAS, FOB, CFR, CIF, DPU, DAP et DDP en précisant les villes.

– Ivoire Transit est une société de transit.

Elle a seulement réalisé le dédouanement de la marchandise de METACI en Côte d’Ivoire. Précisez le statut de ce Transitaire.

Nous venons de vous indiquer les questions relatives à l’exercice 4.

Répondons maintenant à ces questions.

2 – SOLUTIONS DE L’EXERCICE 4

Tableau de l’exercice corrigé 4

2.1 Calcul du fret brut total de l’hypothèse 1

Avant de déterminer le fret brut total, chiffrons le volume et la masse.

Volume total = 17 x 200cm x 90cm x 70cm = 17 x 1 260 000 cm 3 = 21,42 m3

Masse totale = 17 x 770 = 13 090 kg = 13,09 tonnes

Dans ces conditions, comparons le volume total et la masse totale.

Ainsi, 21,42 m3 ˃ 13,09 tonnes.

Indiquons alors l’UP et le nombre d’UP.

L’UP représente le m3 et le nombre d’UP = 21,42

Ce nombre d’UP nous permet de calculer le fret brut.

Fret brut = 70 x 21,42 = 1 499,4 USD

Comme nous avons obtenu le fret brut, nous pouvons maintenant déterminer le fret net des 2 hypothèses.

2.1.1 Fret net de l’hypothèse 1

Fret net 1 = 1 499,4 (1+4%)(1-2,5%)(1+2%) = 1 550,799 USD

2.1.2 Fret net de l’hypothèse 2

Fret net 2 = 1 800(1+3%)(1-2%)(1+2,5%) = 1 862,343 USD

Pour mieux assimiler le calcul du fret net maritime, je vous invite à visualiser ma chaine YouTube. Cliquez sur ces liens.

2.1.3 Choix et raisons du choix

Le fret net 1 < fret net 2.

Dans ce cas, nous choisissons l’hypothèse 1. Car, le fret net 1 indique un montant  relativement faible.

Le fret net choisi avantage donc le chargeur. 

2.2 Les avantages de chaque hypothèse

2.2.1 Avantages de l’hypothèse 1 concernant le groupage

– Fret net relativement faible,

– L’importateur paie en fonction du volume ou de la masse réelle,

– Evite les frais dus à la congestion au port.

2.2.2 Avantages de l’hypothèse 2 relatifs au conteneur complet

– La marchandise peut être reçue à domicile,

– Conteneur est scellé : pas de manipulation de la marchandise sauf le contrôle douanier,

– Le prix par conteneur peut être négocié.

2.3 Calcul des incoterms de l’exercice 4

Avant d’effectuer ces calculs, nous allons réaliser des calculs préliminaires.

2.3.1 Calculs préliminaires

Nous comptons 3 calculs préliminaires :

– taux cumulé,

– fret net,

– assurance bien évidemment lié à CIF.

Démarrons avec le taux cumulé.

2.3.1.1 Le taux cumulé

Taux Cumulé = (10 +1+ 0,8 + 0,2 +0,5)% + 18%(10%+1%+100%) = 32,48%

Après la détermination du taux cumulé, penchons-nous sur le deuxième élément : le fret net.

2.3.1.2 Le fret net

Nous l’avons déjà déterminé plus haut.

Il donne 1 550,799 USD. Convertissons ce montant en EUR.

 Ainsi, la conversion donne : 1 550,799 x 600/655,957 = 1 418,5067 EUR

Enfin déterminons l’assurance.

2.3.1.3 L’assurance

On sait que CIF = CFR + Assurance. Cela revient à écrire : Assurance = CIF – CFR.

Je vous présente aussi une deuxième équation : Assurance = taux de la prime x Valeur d’assurance. Or la Valeur d’assurance = CIF + 10% CIF = 1,1 CIF

Dans ces conditions, Assurance = taux de prime x 1,1 CIF.

Pour bien cerner cette partie, je vous invite à lire mon article relatif au calcul de l’assurance maritime.

A partir de ces deux équations, exprimons CIF en fonction de CFR.

Ainsi, je vous donne l’équation demandée : CIF = CFR divisé par (1 + 1,1 taux de prime).

J’ai démontré cette formule dans une vidéo concernant le calcul de l’assurance maritime

Dans ce passage, si on avait obtenu le montant CFR plus tôt, alors on aurait eu le montant CIF directement.

Mais pour avoir CFR, il va falloir attendre le calcul des Incoterms. Ensuite, on récupère la valeur de CFR afin d’obtenir le montant CIF.

Lorsqu’on détient la valeur CIF, on dispose automatiquement du montant de l’assurance. Car, Assurance = CIF – CFR

Dans ce cas, nous avons déjà récupéré le montant CFR. C’est pourquoi :

CIF = 7 401 495,205/0,9956 = 7 434 205,71 XOF

Finalement Assurance = 7 434 205,71 – 7 401 495,205 = 32 710,505 XOF.

Effectuons maintenant le calcul des Incoterms.

Débutons par la détermination de l’Incoterm EXW

2.3.2 Calcul de l’Incoterm EXW

On sait que EXW = Prix de vente = Quantité x Prix unitaire

Ainsi, Prix de vente de palettes métal = 400 x 17 = Prix EXW Berlin = 6 800 EUR. Donc, EXW Berlin = 6 800 EUR. Ce qui nous donne 4 460 507,6 XOF.

Enchainons avec l’Incoterm FAS Hambourg.

2.3.3 Calcul de l’Incoterm FAS Hambourg

En tenant compte du libellé :

Prix FAS Hambourg = Prix EXW Berlin + Empotage + Transport d’approche + Transit export + Douane export.

L’application numérique indique :

Prix FAS Hambourg = 6 800 + 125 + 600 + 900 + 1 200 = 9 625 EUR = 6 313 586,125 XOF.

Poursuivons ce calcul avec l’Incoterm FOB Hambourg.

2.3.4 Calcul de l’Incoterm FOB Hambourg

La formule de calcul de FOB se présente de la manière suivante :

Prix FOB Hambourg = Prix FAS Hambourg + Frais d’embarquement.

De manière pratique on a :

Prix FOB Hambourg = 9 625 + 200 = 9 825 EUR = 6 444 777,525 XOF

Je continue les calculs en mettant en valeur l’Incoterm suivant : CFR.

2.3.5 Calcul de l’Incoterm CFR Abidjan

On sait que :

Prix CFR Abidjan = Prix FOB Hambourg + Taxe B/L + Fret net

Appliquons la formule ci-dessus.

Ainsi, Prix CFR Abidjan = 9 825 + 40 + 1 418,5067 = 11 283,5067 EUR

= 7 401 495,205.

Après ce calcul, évoluons avec l’Incoterm CIF Abidjan.

2.3.6 Calcul de l’Incoterm CIF Abidjan

Quant à cet Incoterm, je vous montre son équation :

Prix CIF Abidjan = Prix CFR Abidjan + Assurance

Cela revient à écrire :

Prix CIF Abidjan = 7 401 495,205 + 32 710,505 = 7 434 205,71 XOF.

Nous venons de calculer CIF de manière logique. Et nous avons déjà le montant CFR. Ces deux éléments entrainent le calcul de l’assurance annoncée plus haut.

Dans ces conditions, il s’agit de faire la différence CIF et CFR.

Ainsi donc, Assurance = CIF – CFR.

J’ai déjà déterminé le montant de l’assurance dans la partie préliminaire.

En dehors de l’Incoterm CIF, évaluons DPU.

2.3.7 Calcul de l’Incoterm DPU Abidjan

De manière évidente, DPU montre la formule suivante :

Prix DPU Abidjan = Prix CIF Abidjan + Frais de débarquement.

Prix DPU Abidjan = 7 434 205,71 + 130 000 = 7 564 205,71 XOF

Après DPU, passons à la détermination de DAP Abidjan.

2.3.8 Calcul de l’Incoterm DAP Abidjan

Je vous livre l’équation de cet Incoterm.

Prix DAP Abidjan = Prix DPU Abidjan + Post-acheminement.

Du point de vue pratique :

Prix DAP Abidjan = 7 564 205,71 + 80 000 = 7 644 205,71 XOF.

Terminons cette série de calculs par l’Incoterm DDP.

2.3.9 Calcul de l’Incoterm DDP Abidjan

En tenant compte de l’énoncé :

Prix DDP Abidjan = Prix DAP Abidjan + Douane import

Avant d’appliquer cette équation, déterminons douane import.

Pour calculer cet élément, référons-nous au taux cumulé évalué plus haut. Car, douane import = taux cumulé  x CIF + TSD

Déterminons donc douane import.

Douane import = 0,3248 x 7 434 205,71 + 20 000 = 2 434 630,015 XOF

Après le calcul de douane import, penchons-nous sur DDP.

En effet, DDP = 7 644 205,71 + 2 434 630,015 = 10 078 835,72 XOF

Je viens de traiter avec vous les 8 Incoterms annoncés par le sujet.

Ne partez pas ! Je réponds pour vous à la dernière question : statut du transitaire.

2.4 Statut du transitaire

En tenant compte des informations fournies plus haut, Ivoire Transit fonctionne comme un commissionnaire agréé en douane.

Globalement, j’ai répondu à toutes les questions de l’exercice 4.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

Je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

EXERCICE CORRIGE 3 : Calcul fret net et Incoterms

L’exercice corrigé 3 intègre le calcul du fret et assurance maritime. Il contient également le calcul des Incoterms 2020 (DPU, CIF, EXW, FAS, FOB, CFR, DAP et DDP). 

En dehors de ces calculs, l’exercice corrigé 3 renferme la détermination des droits et taxes de douane à l’import.

Je vous présente maintenant le libellé de l’exercice corrigé 3.

1 – LIBELLE DE L’EXERCICE CORRIGE 3

Présentation de l’exercice 3

Je vous donne les informations relatives à une vente CFR Abidjan.

1.1 Données de la vente CFR Abidjan

La société 2I (Ivoire Import) est une entreprise située à Séguéla (Côte d’Ivoire). Elle est spécialisée dans les opérations d’importation de café transformé aux USA.

Pour satisfaire sa clientèle locale, elle passe une commande de 450 tonnes de café moulu. Le fournisseur lui communique les informations suivantes :

– condition de vente : CFR

– volume de l’expédition : 400 000 000 cm3

– conditionnement en sac de 250 kg masse brute, soit 225 kg masse nette

– prix de vente d’une tonne : 200 USD.

Patientez ! Je vous livre les données du transitaire.

1.2 Informations du transitaire

Le transitaire de la société américaine communique les informations suivantes :

– chargement sur camion : 30 USD

– transport d’approche : 40 USD

– déchargement du camion au port de New York : 25 USD

– transit export : 250 USD

– douane export : 0,2 USD/tonne

– manutention portuaire : 50 USD

– passage portuaire export : 70 USD

– fret maritime : 10 USD l’UP ; BAF : 4 USD l’UP ; CAF : – 2% ; CSP : 3%

– valeur d’assurance : CIF x 110%

– taux de la prime : 0,45%

– frais de mise à quai à l’arrivée (Handling) : 100.000 XOF

– transport Abidjan – Séguéla : 50 XOF par sac

– frais de déchargement du camion chez l’acheteur : 20 000 XOF avec 1USD = 600 XOF.

Je viens de vous indiquer les informations relatives au transitaire.

Terminons ce libellé par les données douanières.

1.3 Données douanières

Je vous présente les taux des droits et taxes de douane à l’import.

– DD (Droits de Douane) = 5% ;

– RSTA (Redevance Statistique) = 1% ;

– PCS (Prélèvement Communautaire de Solidarité) = 0,8% ;

– PUA (Prélèvement Union Africaine) = 0,2% ;

– PCC (Prélèvement Communautaire CEDAO) = 0,5% ;

– TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) = 18% ;

– TSD (Taxe Supplémentaire Douane) = 20 000 XOF.

Attendez la suite ! En effet, je vous communique la question à traiter.

1.4 La question de l’exercice corrigé 3

Calculez les prix EXW, FAS, FOB, CFR, CIF, DPU, DAP et DDP en indiquant les villes.

Je viens de vous indiquer la question à traiter.

Traitons la donc.

2 – SOLUTIONS DE L’EXERCICE 3

Commençons par les calculs préliminaires.

2.1 Calculs préliminaires

Dans ce cas, je convertis pour vous le volume et la masse ci-dessus.

Ainsi, le volume = 400 000 000 cm3 = 400 m3.

Quant à la masse nette  = 450 tonnes.

Déterminons le nombre de sacs en tenant compte de la masse nette indiquée plus haut.

Le nombre de sacs = 450000 kg divisé par 225 kg = 2000. Cette division donne donc 2 000 sacs.

A partir du nombre de sacs déterminé, calculons la masse brute totale. En effet, la masse brute totale = 250 x 2 000 = 500 000 kg = 500 tonnes

Après ces calculs préliminaires, je chiffre pour vous les Incoterms.

2.2 Calcul des Incoterms de l’exercice 3

Une calculatrice pour le calcul des Incoterms

Commençons cette évaluation par EXW.

2.2.1 Calcul de l’Incoterm EXW

On sait que EXW = Prix de vente unitaire x quantité.

Ainsi, EXW New York = 200 x 500 = 100 000 USD = 60 000 000 XOF

Attendez ! Il importe de calculer l’Incoterm FAS.

2.2.2 Calcul de l’Incoterm FAS

En tenant compte du libellé, je dégage pour vous la formule de l’Incoterms FAS. Cette formule se présente de la manière suivante :

FAS port New York = EXW + chargement sur camion + transport d’approche + déchargement + transit export + douane export + manutention portuaire.

L’application de cette formule donne :

FAS port New York = 100 000 + 30 + 40 + 25 + 250 + (0,2 x 500) +50 = 100 495 USD = 60 297 000 XOF.

En dehors de FAS, déterminons également l’Incoterm FOB

2.2.3 Calcul de l’Incoterm FOB

On sait que : FOB port New York = FAS + passage portuaire.

L’application numérique indique FOB = 100 495 + 70 = 100 565 USD = 60 339 000 XOF.

Après ce calcul, passons à celui de CFR.

2.2.4 Calcul de l’Incoterm CFR

Avant d’effectuer cette opération, je vous présente la formule de cet Incoterm.

A cet effet, CFR Abidjan = FOB + fret net.

En tenant compte de cette égalité, calculons d’abord le fret net.

Pour bien assimiler le calcul du fret net annoncé, cliquer sur ces liens.

Déterminons dans ce cas le nombre d’UP. Ici, le volume total = 400 m3 et la masse totale = 500 tonnes. L’UP est la tonne, car 500 ˃ 400. Le nombre d’UP est 500.

Donc, fret de base = Prix unitaire x le nombre d’UP. L’application numérique donne : Fret de base = 10 x 500 = 5 000 USD. Déterminons aussi BAF = 4 x 500 = 2 000 USD

Fret corrigé de BAF = 5 000 + 2 000 = 7 000 USD

Fret net = 7 000 (1 – 2%)(1 + 3%) = 7 065,8 USD = 4 239 480 XOF

CFR Abidjan = 100 565 + 7 065,8 = 107 630,8 USD = 64 578 480 XOF

Patientez ! Ce n’est pas tout. Traitons également l’Incoterm CIF.

2.2.5 Calcul de l’Incoterm CIF

Du point de vue théorique, CIF Abidjan = CFR + Assurance

Le libellé ci-dessus indique : Valeur d’assurance = 110%CIF et taux de la prime = 0,45%

Or assurance = taux de la prime d’assurance x la valeur d’assurance

Ce revient à écrire : assurance = 0,45% x 110%CIF

Remplaçons l’assurance par son expression dans la formule de CIF indiquée plus haut.

Ce qui nous donne : CIF Abidjan = CFR + 0,45% X 110%CIF

Cette équation implique : CIF − 0,00495CIF = CFR

CIF = CFR / 0,99505

Appliquons maintenant cette expression.

Ainsi, CIF Abidjan = 107 630,8 / 0,99505           

CIF Abidjan = 108 166,2228 USD = 64 899 733,68 XOF

Nous venons de traiter le cas de CIF.

Penchons-nous sur celui du nouvel Incoterm 2020 : DPU.

2.2.6 Calcul de l’Incoterm DPU Abidjan

Commençons par la formule de cet Incoterm.

DPU Abidjan = CIF + handling

L’application numérique donne :

DPU Abidjan = 64 899 733,68 + 100 000 = 64 999 733,68 XOF

Je n’ai pas fini. Je dois déterminer la valeur de DAP Séguéla.

2.2.7 Calcul de l’Incoterm DAP Séguéla

Concernant la théorie, DAP Séguéla = DPU + transport Abidjan – Séguéla

Appliquons donc cette équation.

DAP Séguéla = 64 999 733,68 + 50 x 2000                            

DAP Séguéla = 65 099 733,68 XOF

Attendez ! Il reste DDP.

2.2.8 Calcul de l’Incoterm DDP

La liquidité pour payer les droits et taxes de douane

En théorie, DDP Séguéla = DAP + Droits et taxes de douane.

Intéressons-nous d’abord au calcul des droits et taxes de douane.

Dans ce cas, posons : droits et taxes de douane = DTD

En prenant en compte le libellé, DTD = DD + PUA + RSTA + PCS + PCC + TVA + TSD

A partir de cette formulation, calculons le taux cumulé.

TC (Taux Cumulé) = (5% + 0,2% + 1% + 0,8% + 0,5%) + 18% X (100% + 5% + 1%)

 TC = (7,5% + 18% x 106%) = 26,58% = 0,2658

Je vous livre aussi la deuxième formule de DTD. En effet, DTD = TC x Valeur statistique + TSD. Cette valeur statistique correspond à l’Incoterm CIF.

La formule devient donc DTD = TC x CIF + TSD

La résolution donne : DTD = 0,2658 x 64 899 733,68 + 20 000 = 17 270 349,21 XOF

Remplaçons alors la valeur de DTD dans l’équation de DDP indiquée plus haut.

Finalement, DDP Séguéla = 65 099 733,68 + 17 270 349,21 = 82 370 082,89 XOF.

Globalement, j’ai répondu à toutes les questions de cet exercice.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

Je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

Exercice corrigé 2 : calcul du fret maritime et Incoterms

L’exercice corrigé 2 comprend le calcul du fret et assurance maritime. Il contient également le calcul des Incoterms CFR, FOB, FAS et EXW.

En dehors de ces calculs, l’exercice corrigé 2 renferme la détermination de deux éléments :

– marge commerciale,

– prix d’achat hors taxe.

Je vous présente maintenant le libellé de l’exercice corrigé 2.

1 – LIBELLE DE L’EXERCICE CORRIGE 2

Présentation de l’exercice corrigé 2

Je vous donne les informations relatives à une vente CIF Marseille.

1.1 Données de la vente CIF Marseille

A ce sujet, mentionnons les éléments suivants :

– Valeur d’assurance : CIF majoré de 10%

– Taux de la prime : 0,4%

– Fret de base : 500 000 XOF ; BAF : -3% ; CAF : 4% ; CSP : 3% ; Ristourne : 10%

– Empotage du conteneur : 50 000 XOF

– Préacheminement : 200 000 XOF

– Déchargement du camion au port : 150 000 XOF

– Transit export : 400 000 XOF

– Douane export : 840 000 XOF

– Taxe portuaire : 10 000 XOF

– Acconage export : 250 000 XOF

– Taxe B/L : 40 000 XOF

Attendez la suite ! En effet, je vous communique les questions à traiter.

1.2 Les questions de l’exercice corrigé 2

Je vous liste maintenant ces questions.

* Calculez les prix CFR, FOB, FAS et EXW.

* Déterminez la marge commerciale et le prix d’achat hors taxe sachant que :

– Prix CIF Marseille = 15 000 EUR ; 1 EUR = 655,957 XOF

– Taux de marque = 25%

Nous venons de vous indiquer les questions à traiter.

Traitons donc ces questions.

2 – SOLUTIONS DE L’EXERCICE 2

Pour bien répondre à la première question posée, suivons l’ordre des Incoterms cités. Dans l’ordre indiqué plus haut, CFR représente le premier Incoterm à déterminer.

2.1 Calcul des Incoterms de l’exercice 2

Exercice corrigé 2 enregistré sur un ordinateur

2.1.1 Calcul de l’Incoterm CFR

On sait que : CIF = CFR + assurance.

Cela revient à écrire : CFR = CIF – Assurance.

Cette formule de CFR dégagée constitue une déduction de celle de CIF ci-dessus.

On sait aussi que : assurance = Taux de la prime x Valeur d’assurance.

Posons :

 – Valeur d’assurance (VA),

– Taux de la prime (tp) et Assurance (Ass)

Ainsi, Ass = Tp x VA

Après avoir indiqué la formule de l’assurance plus haut, présentons celle de VA.

VA = CIF majoré de 10% = CIF + 10%CIF = 1,1 CIF.

Cela revient à dire que l’assurance = tp x 1,1CIF.

Remplaçons donc tp par sa valeur = 0,4%.

La formule de l’assurance devient : Ass = 0,4% x 1,1CIF = 0,0044 x 15 000 = 66 EUR.

Finalement l’Ass = 66 EUR = 43 293,162 XOF.

Nous venons de calculer l’assurance.

Calculons maintenant le prix CFR à partir de la formule CFR = CIF – Assurance. On a le montant CIF. Nous avons également le montant de l’assurance.

Donc, Prix CFR Marseille = 15 000 (prix CIF) – 66 (montant de l’assurance)

Prix CFR Marseille = 14 934 EUR = 9 796 061,838 XOF

Attendez ! Je calcule pour vous le prix FOB.

2.1.2 Calcul de l’Incoterm FOB Abidjan

On sait que : CFR = FOB + fret net + Taxe B/L.

Cela revient à dire que FOB = CFR – FRET net – taxe  B/L.

Pour y arriver, je détermine pour vous le fret net.

Pour effectuer ce calcul, je vous présente la formule du fret net.

Ainsi, fret net = fret de base (1+taux BAF)(1+taux CAF)(1+taux CSP)(1-taux ristourne).

Dans ce cas précis, nous avons pris la formule de vérification. Nous n’allons pas utiliser le calcul du fret net en cascade.

Après la présentation de la formule ci-dessus, appliquons-la.

Fret net = 500 000(1-3%)(1+4%)(1+3%)(1-10%)

Fret net = 500 000 x 0,97 x 1,04 x 1,03 x 0,9 = 467 578,8 XOF

Nous venons d’obtenir le montant du fret net.

Dans ces conditions, calculons le prix FOB.

Prix FOB Abidjan = 9 796 061,838 – 467 578,8 – 40 000

Prix FOB Abidjan = 9 288 483,038 XOF

Patientez ! Il importe de déterminer le prix FAS.

2.1.3 Calcul de l’Incoterm FAS Abidjan

On sait que : FOB = FAS + Acconage export.

Ce qui nous donne : FAS Abidjan = FOB Abidjan – Acconage export

L’application numérique indique :

Prix FAS Abidjan = 9 288 483,038 – 250 000 = 9 038 483, 038 XOF

Ne partez pas ! Je dois déterminer pour vous le prix EXW.

2.1.4 Calcul de l’Incoterm EXW Abidjan

L’expression de l’Incoterm FAS indique :

FAS = EXW + empotage + déchargement du camion au port + transit export + douane export + taxe portuaire + préacheminement

Tirons donc l’expression de l’Incoterm EXW.

EXW Abidjan = FAS – (empotage + déchargement du camion au port + transit export + douane export + taxe portuaire + préacheminement)

L’application numérique donne :

EXW Abidjan = 9 038 483, 038 – (50 000 + 200 000 + 150 000 + 400 000 + 840 000 + 10 000) = 9 038 483, 038 – 1 650 000 = 7 388 483,038 XOF

Prix EXW Abidjan = 7 388 483,038 XOF

Je viens de calculer les Incoterms.

Evaluons maintenant la marge commerciale et le prix d’achat hors taxe.

2.2 Evaluation de la marge commerciale et le prix d’achat hors taxe

Séance de travail relative aux calculs de l’exercice corrigé 2

Débutons par la marge commerciale.

2.2.1 Calcul de la marge commerciale

Pour commencer, présentons la formule du taux de marque.

Taux de marque = marge commerciale / Prix de vente hors taxe

Ainsi, celle de la marge commerciale en découle.

Marge commerciale = Taux marque x Prix de vente hors taxe

Or, le Prix de vente hors taxe = EXW Abidjan

Donc, Marge commerciale = Taux marque x EXW Abidjan

J’applique tout de suite pour vous la formule de la marge commerciale ci-dessus.

 Marge commerciale = 25% 7 388 483,038 = 1 847 120,759 XOF

Attendez ! Il reste le dernier élément : prix d’achat hors taxe.

2.2.2 Détermination du prix d’achat hors taxe

De manière générale, le prix de vente hors taxe = Marge commerciale + Prix d’achat hors taxe

A partir de cette formule, dégageons l’expression du prix d’achat hors taxe.

Prix d’achat hors taxe = Prix de vente hors taxe – Marge commerciale

Or, Prix de vente hors taxe = EXW Abidjan

La formule du prix d’achat hors taxe devient alors :

Prix d’achat hors taxe = EXW Abidjan – Marge commerciale.

Je vous présente son application numérique.

Prix d’achat hors taxe = 7 388 483,038 – 1 847 120,759 = 5 541 362,279 XOF

Globalement, j’ai répondu à toutes les questions de cet exercice.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

Je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

Exercice corrigé 1 en aérien : calcul des Incoterms

L’exercice corrigé 1 contient le Calcul du fret aérien et ULD. Cet exercice corrigé 1 mentionne également le calcul des Incoterms EXW, FCA, CPT et CIP.

Je vous présente donc le libellé de l’exercice corrigé 1.

1 – LIBELLE DE L’EXERCICE CORRIGE 1

Les outils pour traiter l’exercice

La société ‘’CI Plastic’’ fabrique des articles en plastique à Abidjan. Elle doit expédier à son importateur togolais, installé à Lomé, des articles. Ces articles sont expédiés par voie aérienne.

Je vous communique aussi le coût départ usine (800.000 XOF).

Quant à la marge commerciale de l’entreprise, elle représente 25% du prix départ usine.

Je vous présente les autres données relatives à cette expédition :

– masse brute de l’envoi (0,18 tonne) ;

– enlèvement à domicile (75.000 XOF) ;

– condition de vente : CPT ;

– valeur d’assurance : CPT majoré de 20% ;

– taux de la prime (0,4%).

En dehors de ces informations, je vous livre le tarif en conventionnel.

1.1 Tarif en conventionnel de l’exercice corrigé 1

Le barème de prix représente un tarif dégressif. Je vous indique ce tarif :

– 101 kg à 200 kg, 3850 XOF par kg ;

– 201 kg à 300 kg, 3350 XOF par kg ;

– 301 kg à 400 kg, 2950 XOF par kg.

Après la présentation de ce tarif, je vous mentionne aussi le tarif en ULD.

1.2 Tarif en ULD de l’exercice corrigé 1

Concernant ce tarif, nous avons les informations suivantes :

– poids pivot = 90 kg,

– fret au poids pivot : 350.000 XOF,

– fret au-dessus du poids pivot : 6500 XOF par kg.

Je viens de vous donner le libellé de l’exercice 1.

Je vous liste maintenant les questions de cet exercice 1.

1.3 Les questions de l’exercice corrigé 1

– Calculez les prix EXW, FCA, CPT et CIP.

– Au-dessous de quel poids ne faut-il pas se servir de la règle du ‘’payant pour’’ ?

– Calculez le fret en ULD.

– Déterminez les prix CPT et CIP correspondant.

Nous venons de vous indiquer les questions à traiter.

Traitons donc ces questions.

2 – SOLUTIONS DE L’EXERCICE 1

La première solution concerne le calcul des Incoterms.

Résolution de l’exercice 1

2.1 – Calcul des Incoterms

Avant d’effectuer ce calcul, nous avons 3 sigles à définir :

– PV (Prix de Vente),

– CR (Coût de Revient),

– MC (Marge Commerciale).

Ainsi, une formule lie ces 3 sigles définis plus haut. Je vous la montre.

PV = CR + MC 

Dans le libellé, MC représente 25% PV. Remplaçons alors PV par son expression.

Notre équation devient : PV = CR + 25%PV.

Or, PV = EXW.

 Dans ces conditions, la formule de départ devient : EXW = CR + 25% EXW.

Je résous pour vous l’équation dégagée. Il s’agit du calcul du premier Incoterm (EXW).

2.1.1 Calcul de l’Incoterm EXW Abidjan

EXW – 25% EXW = CR.

Dans ce cas, mettons EXW en facteur. Cela donne : EXW (1 – 25%) = CR.

Tirons donc l’expression d’EXW en fonction de CR. EXW = CR divisé par (1 – 25%) ou bien CR divisé par 0,75.

L’application numérique montre : EXW Abidjan = 1 066 666,66 XOF.

EXW Abidjan = CR divisé par (1 – 25%) = CR divisé par  0,75 = 800 000 divisé par 0,75

EXW Abidjan = 1 066 666,66 XOF

Je viens de déterminer pour vous le prix EXW Abidjan.

 Calculons maintenant le prix FCA Abidjan

2.1.2 Calcul de l’Incoterm FCA Abidjan

Dans ce cas, FCA Abidjan = EXW + Enlèvement à domicile

Attendez l’application de cette formule. Je vous la donne.

Ainsi, FCA Abidjan = 1 066 666,66 calculé plus haut + 75 000 = 1 141 666,66 XOF

Après le calcul de cet Incoterm, déterminons le prix CPT Lomé.

2.1.3 Calcul de l’Incoterm CPT Lomé

Pour effectuer ce calcul, je vous indique la formule suivante :

CPT Lomé = FCA + Fret net

Dans la formule indiquée, nous avons le fret net et le prix FCA déjà calculé.

Déterminons d’abord ce fret net avant de calculer le prix CPT.

Sa détermination nécessite l’utilisation de la masse de l’expédition. Cette masse = 0,18 t = 180 kg.

Calculons alors le fret correspondant aux 180 kg.

Cette masse appartient à l’intervalle 101 kg à 200 kg. Le prix unitaire de cet intervalle correspond à 3850. Ainsi, le fret correspondant = 180 x 3850 = 693 000 XOF.

Appliquons maintenant la règle du ‘’payant pour’’ afin d’avantager le chargeur. Cette règle permet de passer à l’intervalle immédiatement supérieur et on prend la borne inférieure. Alors, l’intervalle immédiatement supérieur concerne 201 kg à 300 kg.

Sa borne inférieure représente 201 kg. Le prix unitaire de l’intervalle = 3350 XOF.

L’application de cette règle donne : 201 x 3350 = 673 350 XOF.

Dans ce cas, nous avons 2 frets : 693 000 XOF et 673 350 XOF

Le fret retenu = 673 350 XOF, car 673 350 < 693 000 XOF.

Le chargeur profite donc du fret bas.

Calculons maintenant CPT Lomé.

CPT Lomé = 1 141 666,66 + 673 350 = 1 815 016,66 XOF.

Patientez. Il reste CIP.

2.1.4 Calcul de l’Incoterm CIP Lomé

La formule de calcul de CIP intègre CPT déjà calculé et l’assurance transport de marchandises.

Ainsi, nous avons l’équation suivante : CIP Lomé = CPT + Assurance

A ce niveau, je calcule d’abord l’assurance transport avant de déterminer la valeur CIP.

Déterminons donc l’assurance. Je vous présente alors sa formule de calcul.

Assurance = taux de la prime d’assurance x la valeur d’assurance.

Dans ce cas précis, la valeur d’assurance équivaut à CPT majoré de 20%. C’est-à-dire CPT + 20% CPT = 1,2 CPT.

La formule de l’assurance devient 0,4%(1,2 CPT) = 0,0048 CPT

Or, CIP = CPT + assurance. Remplaçons alors l’assurance par son expression dans cette équation. Ce qui donne CIP Lomé = CPT + 0,0048 CPT = 1,0048 CPT

Ainsi, l’application numérique indique : CIP Lomé = 1,0048 x 1 815 016,66 = 1 823 728,74 XOF.

Je viens de calculer pour vous les 4 Incoterms de la première question.

Passons maintenant à la question 2.

2.2 – Poids au-dessous duquel il ne faut pas utiliser la règle du ‘’payant pour’’

Poids d’équilibre du produit

Un raisonnement logique permet de répondre à cette question. Ce raisonnement commence par la règle du ‘’payant pour’’.

Son application dans notre exercice donne 673 350 XOF.

On calcule la masse réelle correspondante dans l’intervalle [101 ; 200].

Or, le prix correspondant est 3 850 XOF. Dans ce cas, combien de kg doit-on multiplier par 3 850 XOF pour avoir 673 350 ?

Cette dernière question entraine l’équation suivante : 3 850 X = 673 350 ;

Ainsi donc,  X = 673 350 / 3 850 = 174,896 kg

Enfin, ce résultat (174,896 kg) constitue la réponse exacte de la question posée.

C’est pourquoi je peux affirmer qu’au-dessous de 174,896 kg, la règle du ‘’payant pour’’ ne s’applique pas.

Attendez. Je réalise pour vous une vérification de cette réponse.

Ainsi, prenons 174 kg inférieurs à 174,896 kg.

Le fret correspondant à 174 kg = 174 x 3 850 = 669 900 XOF.

Alors le fret obtenu qui est 669 900 XOF est largement ˂ 673 350 XOF.

Dans ces conditions, la règle est non applicable. Puisque, si on applique cette règle on obtient un fret largement supérieur. Or, on veut avoir un fret à l’avantage du chargeur.

Ne partez pas. Je traite maintenant pour vous la troisième question.

2.3 – Calcul du fret en ULD

Avant de calculer le fret en ULD, déterminons le poids au-dessus du poids pivot.

Le poids au-dessus du poids pivot = 180 kg – 90 kg = 90 kg

Le fret correspondant donne 90 x 6500 = 585 000 XOF

Finalement, le fret en ULD = 585 000 + 350 000 = 935 000 XOF

Patientez. Je dois calculer pour vous les Incoterms CPT et CIP.

2.4 Calcul des Incoterms CPT et CIP

Le prix CPT et CIP

Commençons par CPT Lomé.

2.4.1 Incoterm CPT Lomé

CPT Lomé = FCA calculé précédemment + Fret en ULD = 1 141 666,66 + 935 000

 CPT Lomé = 2 076 666,66 XOF

Enfin, déterminons CIP Lomé.

2.4.2 Incoterm CIP Lomé

CIP Lomé = CPT déjà calculé + Assurance

On sait que : CIP Lomé = 1,0048 CPT = 1,0048 x 2 076 666,66

CIP Lomé = 2 086 634,66 XOF

Globalement, j’ai répondu à toutes les questions de cet exercice.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

Je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

La force de vente : comment la rendre combative ?

La force de vente représente une force motrice de votre entreprise. Pour cette raison, la force de vente se charge d’acquérir et fidéliser une clientèle rentable. Cette stratégie d’acquisition et de fidélisation entraine l’augmentation du chiffre d’affaires.

Malheureusement, certaines entreprises négligent cette force de vente indispensable. Ces entreprises favorisent plutôt le recrutement de vendeurs free-lance.

En procédant ainsi, elles veulent minimiser ou supprimer les charges liées à ces vendeurs indépendants.

En réalité, les vendeurs freelances n’obtiennent aucun soutien de la part de ces entreprises. Ces dernières ne leur versent même pas la prime de transport.

En dehors de cette prime utile, certaines structures paient partiellement la commission obtenue sur les ventes de ces commerciaux freelances. 

Les situations mentionnées, ci-dessus, constituent à n’en point douter une grave anomalie.

Au lieu de développer les dérives évoquées plus haut, de certaines entreprises, j’analyse pour vous la motivation d’une force de vente normale.

Commençons cette analyse par la définition de la force de vente.

1 – DEFINITION DE LA FORCE DE VENTE

La force de vente comprend une équipe de vente extérieure et intérieure. La première équipe intègre les collaborateurs itinérants de l’entreprise chargés de l’action commerciale auprès des prospectés et des clients.

Quant à la deuxième l’équipe de vente, elle comprend le personnel du ‘’commercial-vente’’ non itinérants de l’entreprise.

En dehors de l’équipe de vente extérieure et intérieure, la force de vente renferme également l’ensemble de personnes constituant le réseau de distribution de l’entreprise.

Après cette définition, analysons le deuxième terme important du sujet. Il s’agit de rendre combatif la force de vente.

Que signifie donc ce deuxième terme ?

2 – SIGNIFICATION D’UNE FORCE DE VENTE COMBATIVE

Rendre la force de vente combative, revient à l’animer. Il s’agit d’agir sur les hommes la composant, de façon à les rendre plus performant, plus efficaces.

Pour atteindre cet objectif, le responsable de l’animation supervise le travail des vendeurs. Il prodigue des conseils, notamment lors des réunions. Il coordonne également les tâches de l’ensemble de l’équipe.

En plus, il porte à la connaissance de chacun toute information susceptible d’améliorer ses performances.

Mise à part tout ce qui précède, il fixe avec les vendeurs les tâches à réaliser et leurs objectifs et la manière de les mener à bien.

Enfin, l’animateur tisse et entretient des liens étroits entre le service vente et les autres services (comptable, technique, logistique…).

Quelles sont les conditions de réussite de cette animation ?

Je vais vous expliquer ces conditions.

3 – CONDITIONS DE REUSSITE DE L’ANIMATION DE LA FORCE DE VENTE

Avant tout, la réussite de l’animation repose sur deux conditions essentielles. Je vous les présente :

– conditions liées à l’animateur,

– conditions liées à l’équipe de vente.

Débutons par la première condition ci-dessus.

3.1 Conditions liées à l’animateur

La réussite des actions d’animation de la force de vente s’appuie sur l’animateur.

C’est pourquoi, ce dernier doit disposer d’une autorité attribuée par les responsables de l’entreprise.

En outre, les vendeurs sur lesquels son autorité s’exerce doivent l’accepter.

Cette autorité ne se décrète plus. Elle se démontre et s’acquiert.

L’animateur doit donc disposer d’un ‘’savoir-faire’’ éprouvé dans la direction des hommes. En effet, ce ‘’savoir-faire’’ se traduit par la création d’un bon courant relationnel entre lui et l’équipe commerciale, et surtout au sein de celle-ci.

En dehors de la création d’un bon courant relationnel, le ‘’savoir-faire’’ intègre la pratique de l’exemplarité (application, expérimentation des ‘’recommandations-terrains’’).

Par ailleurs, la réussite de l’animateur dépend de sa personnalité. Ce caractère renferme le sens du contact, l’imagination constructive, le perfectionnisme, l’équilibre et la solidité mentale, le charisme.

Ne partez pas. Il reste la deuxième condition. Je vous l’explique maintenant.

3.2 Conditions liées à l’équipe de vente

Le métier de cette équipe de vente comporte certaines difficultés. En effet, les vendeurs affrontent la solitude face à leur semaine de travail et à leurs clients. Ils font aussi face à la fatigue, le découragement devant la difficulté d’atteindre leurs objectifs.

En plus, cette profession possède une mauvaise image.

Enfin, ces vendeurs doivent incorporer la ‘’remise en cause permanente’’.

L’animateur doit donc intégrer les difficultés ci-dessus et tout mettre en œuvre pour aider le vendeur à mieux les affronter.

Nous venons d’étudier les conditions de réussite de l’animation de la force de vente. Regardons maintenant les techniques d’animation.

4 – TECHNIQUES D’ANIMATION

Pour mettre en valeur les techniques d’animation de la force de vente, je vous présente trois points essentiels :

– différentes formes d’action,

– différentes techniques d’animation,

– techniques de stimulation.

Voulez-vous en savoir plus sur ces techniques ?

Laissez-moi commencer par les différentes formes d’action.

4.1 Les différentes formes d’action

Nous distinguons l’action directe, indirecte, individuelle et collective. J’ajoute à cette liste l’action à effet immédiat et différé.

Je vous explique ces différents aspects cités ci-dessus.

Débutons par l’action directe.

4.1.1 L’action directe

Dans ce cas, l’animateur encourage et félicite le vendeur. Il organise aussi un entretien en face à face.

Attendez ! Ce n’est pas tout. Je vous explique l’action indirecte.

4.1.2 L’action indirecte

Dans cette action, l’animateur anime le vendeur par correspondance. En effet, il lui adresse une circulaire, note d’information…

Après la présentation de l’action directe et indirecte, analysons l’action individuelle.

4.1.3 L’action individuelle

Concernant l’action individuelle, l’entreprise offre des primes exceptionnelles. Elle adresse aussi au vendeur une lettre de félicitation.

En dehors de ces deux techniques, l’animateur organise des visites à deux. En réalité, il accompagne le vendeur sur le terrain.

Nous venons de voir l’action individuelle. Etudions donc l’action collective.

4.1.4 L’action collective

Contrairement à l’action individuelle, l’action collective favorise les primes collectives et la réunion de travail.

Patientez ! Je vous mentionne l’action à effet immédiat.

4.1.5 L’action à effet immédiat

Cette action renferme les primes exceptionnelles et les avantages en nature.

Etudions maintenant la dernière action à effet différé.

4.1.6 L’action à effet différé

Ce volet indique l’enrichissement des tâches, la politique de carrière et formation.

Le choix de l’animateur concernant ces actions est fonction du problème rencontré.

Après l’étude des différentes formes d’animation, passons aux différentes techniques d’animation.

4.2 Les différentes techniques d’animation

Nous dénombrons cinq techniques :

– L’accompagnement du vendeur sur le terrain,

– Les réunions de travail,

– La rémunération,

– Le ‘’plan de carrière’’,

– La formation.

Prenons d’abord l’accompagnement.

4.2.1 L’accompagnement du vendeur sur le terrain

Cette technique permet de maintenir les relations avec les vendeurs. Elle permet aussi  d’entretenir un climat de confiance et de compréhension. Elle permet surtout d’établir un bilan avec le commercial sur son propre ‘’savoir-faire’’.

Après l’étude de l’accompagnement, je développe pour vous les réunions de travail.

4.2.2 Les réunions de travail

Dans ce contexte, l’animateur organise des réunions individuelles (pour le suivi personnel des commerciaux).

Hormis les réunions individuelles, ce dernier convoque des réunions collectives. Ainsi, nous distinguons trois types de réunion.

Il s’agit de :

– congrès annuels,

– réunions de travail annuelles,

– réunions périodiques.

Je vous explique ces types de réunion.

Débutons par les congrès annuels.

4.2.2.1 Congrès annuels

Ces congrès donnent l’occasion à l’équipe commerciale de se connaitre dans son intégralité.

4.2.2.2 réunions de travail annuelles ou semestrielles

Ces réunions permettent de traiter plus précisément de l’activité commerciale de la firme (analyse des résultats, projets commerciaux, etc.). Elles sont beaucoup plus techniques que le congrès annuel.

4.2.2.3 réunions périodiques (trimestrielles, mensuelles, hebdomadaires)

Les réunions périodiques conditionnent l’efficacité commerciale en réglant tous les problèmes précis rencontrés.

Au cours de ces réunions, chaque vendeur s’exprime en présentant ‘’ce qui va’’ et ‘’ce qui ne va pas’’. Cette manière de procéder permet la mise en commun des difficultés et une ‘’résolution’’ collective sous la coordination de l’animateur. Je viens de vous faire un gros plan sur les réunions. Examinons ensemble le cas de la rémunération des vendeurs

4.2.3 La rémunération

Il est difficile de mettre en place un système de rémunération. Car, les objectifs des représentants et de la direction diffèrent.

Recensons ensemble ces différents objectifs.

4.2.3.1 Les objectifs des vendeurs et de la direction

* Les objectifs des représentants

Concernant le représentant, il préfère un système qui lui assure trois avantages.

Le premier avantage intègre la régularité des revenus. En effet, le vendeur adore le revenu régulier et indépendant de ses ventes. Ce qui lui permet de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille en période creuse.

Quant au deuxième avantage, il concerne la récompense du vendeur pour ses performances supérieures à la moyenne.

Enfin, le troisième avantage tourne autour de la justice. Pour le représentant, sa rémunération doit avoir un rapport avec son expérience, sa capacité, les salaires de ses collègues et confrères, et le coût de la vie.

Nous venons de traiter les objectifs des représentants relatifs à la rémunération.

Quels sont donc les objectifs de la direction à propos de cette rémunération ?

* Les objectifs de la direction

Pour la direction, un système de rémunération idéal présente trois caractéristiques.

La première prend en compte le contrôle. En effet, la rémunération favorise la mise en place d’un système de contrôle des temps employés par les vendeurs.

Mis à part le contrôle, nous avons l’économie. Dans ce cas, le niveau de rémunération doit être en rapport avec le coût des produits.

Enfin, la simplicité constitue la dernière caractéristique. Pour cette caractéristique, la direction préfère un système facile à gérer du point de vue de la paye. Elle adore aussi un système facile à changer si la situation des produits ou les conditions économiques viennent à se modifier.

Après l’analyse des objectifs des parties en présence, étudions maintenant les types de rémunération.

4.2.3.2 Les différents types de rémunération de la force de vente

Il existe quatre systèmes de rémunération des vendeurs : fixe, commission, mixte et prime.

* Le fixe

L’entreprise verse un salaire fixe à chaque vendeur.

* La commission

La rémunération du vendeur est fonction du chiffre d’affaires (CA) réalisé. Le vendeur perçoit donc X% du CA.

* La prime

Elle représente un versement non contractuel récompensant un effort, un mérite ou des résultats exceptionnels. On les utilise pour rémunérer certaines tâches qui peuvent donner lieu au paiement d’une commission.

A titre d’exemple, nous notons la rédaction accélérée d’un rapport, une compétence particulière dans la promotion des produits ou la connaissance des clientèles.

Ainsi, cette prime constitue une récompense.

* La rémunération mixte (fixe plus commission)

La grande majorité des entreprises utilisent un système combinant fixe et commission. A cet effet, elles espèrent cumuler les avantages des deux systèmes, tout en essayant d’en éviter les inconvénients.

Il existe d’autres éléments de la rémunération, notamment les remboursements des frais de route (hôtel, restaurants, kilomètres parcourus, assurance voiture), les avantages annexes (assurance vie, retraite, prime de déménagement), les stimulants occasionnels (concours, récompenses spéciales) et les prestations en nature (formation, abonnement etc.).

Je viens d’étudier avec vous la rémunération. Ne partez pas ! Analysons ensemble le ‘’plan de carrière’’.

4.2.4 Le ‘’plan de carrière’’

Ce plan concerne la ‘’prévision de promotion’’ du vendeur. Cette prévision constitue à n’en point douter un moyen d’intéresser celui-ci à son travail. C’est aussi un moyen de l’inciter à progresser.

Patientez encore ! Il nous reste la formation.

4.2.5 La formation

Un programme de formation doit permettre l’acquisition d’un ensemble de connaissances et de compétence. Ce programme porte sur l’entreprise, les produits à vendre, les clients et les concurrents, les méthodes de travail sur le terrain et l’art de vendre.

Analysons ensemble les éléments du programme ci-dessus.

Examinons d’abord l’entreprise.

4.2.5.1 L’entreprise

Cette formation tourne autour de : l’historique, vocation, taille, organisation, activité, principaux produits et leur chiffre d’affaire, politiques commerciales.

Enchainons avec les produits à vendre.

4.2.5.2 Le produit à vendre

Le vendeur doit connaitre parfaitement son produit. De plus, l’entreprise doit régulièrement l’informer de l’évolution de la gamme de produits offerts, des modifications techniques envisagées.

Poursuivons cette analyse avec les clients et concurrents.

4.2.5.3 Les clients et les concurrents

Le vendeur doit connaitre la localisation, le profil, le besoin, les habitudes d’achat des clients. Il doit également maitriser les caractéristiques des produits concurrents et les politiques commerciales de ces derniers.

Ajoutons les méthodes de travail sur le terrain à notre préoccupation.

4.2.5.4 Les méthodes de travail sur le terrain

Le vendeur doit pouvoir s’organiser et établir son circuit de visite. Il doit aussi maitriser son temps et rédiger des rapports d’activité. Il lui appartient également de remplir des bons de commande et tenir à jour son fichier clients.

Terminons cette partie par l’analyse des techniques de vente.

4.2.5.5 Les techniques de vente

Les programmes de formation des vendeurs utilisent deux méthodes principales :

– séminaires de formation (qui prennent parfois la dimension d’école de vente) où les vendeurs reçoivent une formation collective ;

– accompagnement individuel des vendeurs chez les prospects par un superviseur.

Débutons par le séminaire de formation.

* Séminaire de formation

Ce séminaire se déroule dans une salle. Il s’agit de cours classique avec étude de cas et mise au point d’un argumentaire de vente. Ce type de formation prend en compte les étapes d’une négociation.

Voulez-vous ces étapes ? Patientez ! Je vous les liste.

– prospection,

– préparation de la vente,

– prise de contact,

– étude des besoins, attentes, préoccupations des du prospect,

– présentation du produit et argumentation,

– détection des réticences ou hésitations du prospect,

– réponses aux objections implicites ou explicites du prospect,

– conclusion de la vente,

– réassurance du client (conviction d’avoir fait le bon choix).

Fermons cette étude ci-dessus en intégrant la formation sur le terrain.

* La formation sur le terrain

Cette formation repose sur la notion de ‘’couplage’’.

Premièrement, le débutant accompagne un vendeur expérimenté et étudie sa façon d’agir.

Deuxièment, le débutant passe du rôle passif au rôle actif tout en étant épaulé par le vendeur expérimenté.

Enfin, l’animateur laisse le débutant seul.

Nous venons de développer plusieurs points relatifs aux techniques d’animation.

Ne partez pas. Il reste les techniques de stimulation.

Traitons les maintenant.

4.3 Les techniques de stimulation de la force de vente

Contrairement aux techniques d’animation, les techniques de stimulation de la force de vente sont principalement de ‘’court terme’’. On en dénombre trois : les encouragements, primes ponctuelles et concours.

Je vous présente tout de suite les encouragements.

4.3.1 Les encouragements des vendeurs

A ce stade, l’animateur prodigue des encouragements en ‘’tête-à-tête’’ ou devant l’ensemble de l’équipe commerciale. Ces encouragements peuvent être écrits. Dans ce cas, le vendeur pourra en faire état auprès de sa famille, de ses amis ou d’autres personnes…

A ce sujet, les objets suivants matérialisent les encouragements :

– ‘’décorations’’ (médailles de bronze, argent, or),

– ‘’félicitations diplômantes’’ (remise d’une attestation encadrée, véritable fac-simile de diplôme),

– titres (de ‘’stagiaire’’ à ‘’sénior’’ ou ‘’principal’’).

Après les encouragements, abordons les primes ponctuelles.

4.3.2 Les primes ponctuelles

Ces priment améliorent les ventes de certains produits par rapport à d’autres.

Enfin, regardons ensemble les concours.

4.3.3 Les concours

L’animateur organise ces concours afin d’atteindre ses objectifs.

A ce sujet, nous distinguons trois objectifs poursuivis :

– développement des ventes d’un produit ‘’Y’’ à l’intérieur d’une gamme de produits,

– augmentation du nombre de visites de prospection, fidélisation,

– augmentation du nombre de produits vendus par visite chez un client etc.

Enfin de compte, la combativité de la force de vente nécessite la mise en place de stratégies. Comme stratégie, l’animateur s’appuie sur les techniques d’animation et de stimulation. Ces techniques constituent à n’en point douter un arsenal pour booster la motivation des vendeurs.

Grâce à cet arsenal mis au point, les ventes de l’entreprise explose.

Dans tous les cas, l’entreprise et sa force de vente sortent victorieuses dans ce processus. Il appartient donc aux deux parties de respecter les engagements respectifs.

Même si l’entreprise motive sa force de vente, force est de reconnaitre cependant qu’elle doit la contrôler et l’évaluer. C’est à ce prix qu’elle restera performante avec une force de vente hyper motivée.

Pour finir, je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

NOUVEAUX INCOTERMS 2020

Nouveaux Incoterms 2020
Nouveaux Incoterms 2020

Les nouveaux Incoterms 2020 méritent notre attention. Car, la CCI a innové la version 2010. Et elle a ensuite créé un nouveau terme en 2020.

Je sais que vous voulez en savoir davantage.

Ne vous inquiétez pas ! Nous y reviendrons.

Que renferment ces innovations ?

Pour répondre à cette question, nous traiterons deux groupes :

– Nouveaux Incoterms 2020 exclusivement maritimes,

– Nouveaux Incoterms 2020 polyvalents.

J’examine d’abord pour vous les Incoterms 2020 maritimes.

1 – NOUVEAUX INCOTERMS 2020 EXCLUSIVEMENT MARITIMES

Nouveaux Incoterms 2020 : les maritimes
Nouveaux Incoterms 2020 : les maritimes

La CCI maintient les 4 Incoterms maritimes de 2010. Mais, ces termes de contrat ont subi des modifications profondes. Ces modifications concernent les Incoterms suivants :

– FAS (Free Along Side Ship / Franco le long du navire),

– FOB Free On Board / Franco à bord),

– CFR (Cost and FReight / Coût et fret),

– CIF (Cost, Insurance and FReight).

Commençons notre analyse par FAS.

1.1 Nouveaux Incoterm 2020 : cas FAS

Pour bien mener cette étude, je prends en compte les obligations du vendeur et acheteur.

1.1.1 Les obligations du vendeur FAS 2020

Le vendeur doit déposer la marchandise dédouanéele long du navire sur le quai ou dans les allèges au port d’embarquement convenu.

Il doit aussi fournir à l’acheteur une licence d’exportation à ses frais et risques.

Quelles sont les obligations de l’acheteur FAS 2020 ?

1.1.2 Les obligations de l’acheteur FAS 2020

L’acheteur du nouvel Incoterm FAS 2020 doit supporter tous les frais et risques de perte ou de dommage. Cette prise en charge s’effectue après la livraison de la marchandise le long du navire.

Il choisit également le transporteur. Il conclut le contrat de transport et paie le fret.

Cet acheteur doit donner au vendeur toute information sur le nom du navire et le lieu de chargement. Il doit indiquer aussi le moment de livraison choisi dans la période convenue.

Je viens de vous montrer les obligations du vendeur et acheteur du nouvel Incoterm FAS 2020.

A ce niveau, il n’y a pas eu de modifications majeures par rapport à la version 2010.

Après l’Incoterm FAS 2020, attaquons le suivant : FOB 2020.

1.2 Nouveaux Incoterm 2020 : cas FOB

Comme dans le cas précédent, présentons les obligations des 2 parties : acheteur et vendeur.

1.2.1 Les obligations du vendeur FOB 2020

Le vendeur FOB 2020 doit déposer la marchandise dédouanée dans le navire au port d’embarquement. Il doit aussi réaliser les formalités douanières à l’export.

1.2.2 Les obligations de l’acheteur FOB 2020

L’acheteur s’oblige à choisir le navire, payer le fret maritime et l’assurance. Il supporte aussi tous les frais et risques de perte ou de dommage après la mise de la marchandise à bord du navire.

Pour cet Incoterm, la version 2020 correspond à celle de 2010.

Patientez ! Je vous explique la version 2020 de l’Incoterm CFR.

1.3 Nouveaux Incoterms 2020 : cas CFR

Regardons ensemble les obligations du vendeur et de l’acheteur.

1.3.1 Les obligations du vendeur CFR 2020

Le vendeur choisit le navire et paye les frais et le fret nécessaires pour acheminer la marchandise au port de destination désigné.

Il accomplit également les formalités d’exportation.  

Quant aux risques, l’exportateur les transfère à l’importateur après la mise des marchandises à bord du navire.

Par ailleurs, le vendeur fournit, à ses propres frais, à l’acheteur le document de transport usuel jusqu’au port de destination convenu. Ce document couvre les marchandises contractuelles.

Regardons maintenant du côté de l’importateur.

1.3.2 Les obligations de l’acheteur CFR 2020

L’acheteur doit supporter le risque de transport après la livraison de la marchandise à bord du navire au port d’embarquement.

Il doit aussi réceptionner la marchandise au port de destination convenu.

L’importateur endosse les frais à partir de l’arrivée des marchandises au port de destination.

Il effectue aussi les formalités douanières à l’import.

L’importateur paie également les droits et taxes de douane.

La différence entre la version CFR 2010 et 2020 se situe au niveau du lieu de transfert des risques et charges. En effet, le nouvel Incoterm CFR 2020 doit mentionner le lieu de transfert des risques et celui des charges.

Attendez ! Il reste le dernier nouvel Incoterm 2020 maritime : CIF

1.4 Nouveaux Incoterms 2020 : cas CIF

L’étude de cet Incoterm 2020 prend non seulement en compte les obligations du vendeur mais aussi celles de l’acheteur.

1.4.1 Les obligations du vendeur CIF 2020

Le vendeur CIF et le vendeur CFR 2020 disposent des mêmes obligations. Mais, le premier fournit en plus une assurance maritime minimale pour le compte du deuxième.

L’exportateur paye donc la prime d’assurance.

Ce dernier doit obtenir une couverture d’assurance limitée conforme aux Clauses C des ‘’Institute Cargo Clauses’’.

Cette couverture limitée concernerait la garantie ‘’FAP sauf’’. Le terme ‘’FAP’’ signifie Franc d’Avaries Particulières (Free of Particular Average).

Cette garantie couvre l’avarie commune et les avaries particulières.

Ces avaries résultent d’évènements majeurs.

Je note pour vous les évènements concernés :

 – naufrage,

– chavirement,

– chute du colis pendant les opérations de manutentions portuaires,

– déraillement,

– heurt,

– chute d’arbres…

Par ailleurs, elle ne couvre ni le vol (partiel ou total), ni la perte de la marchandise.

Néanmoins, les parties restent toutefois libres de convenir un niveau de couverture supérieur.

Vous voyez ! Contrairement à l’Incoterm CIF 2010, la version 2020 précise le niveau de l’assurance.

Analysons aussi la situation de l’acheteur.

1.4.2 Les obligations de l’acheteur CIF 2020

L’acheteur CIF et CFR 2020 possèdent les mêmes obligations.

Cependant, l’importateur CIF ne prend pas en charge l’assurance.

Il supporte dans tous les cas les risques. Ceux-ci prennent fin après la mise de la marchandise à bord du navire au port d’embarquement.

Nous avons parcouru ensemble les 4 nouveaux Incoterms maritimes 2020.

Attendez ! Ce n’est pas tout. Il manque les nouveaux Incoterms polyvalents 2020.

Passons donc à l’étude de ces Incoterms.

2 – NOUVEAUX INCOTERMS 2020 POLYVALENTS

Nouveaux Incoterms 2020 : les polyvalents
Nouveaux Incoterms 2020 : les polyvalents

Nous dénombrons 7 Incoterms polyvalents 2020. La version 2010 indiquait également ce nombre.

Ne vous inquiétez pas ! Je liste pour vous ces 7 termes. Il s’agit de :

– EXW (Ex Works / à l’usine ou départ usine)

– FCA (Free Carrier / Franco-Transporteur)

– CPT (Carriage Paid To / Port Payé jusqu’à)

– CIP (Carriage and Insurance Paid To / Port payé, assurance comprise jusqu’à)

– DAP (Delivered at place / Rendu au lieu de destination)

– DPU (Delivered at Place Unloaded / Livré au lieu déchargé)

– DDP (Delivered Duty Paid / rendu droits acquittés)

Même si nous enregistrons le même nombre, force est de reconnaitre que la CCI a créé l’Incoterm DPU et supprimé DAT. Nous y reviendrons.

Pour le moment, commençons cette analyse par l’Incoterm EXW 2020.

2.1 Incoterm EXW 2020

Pour bien expliquer cet Incoterm, considérons les obligations du vendeur et celles de l’acheteur.

2.1.1 Les obligations du vendeur EXW 2020

Le vendeur met la marchandise emballée à la disposition de l’acheteur dans ses locaux.

Le transfert des risques se réalise donc à partir du chargement de la marchandise dans l’usine du vendeur.

2.1.2 Les obligations de l’acheteur EXW 2020

L’acheteur organise et paie le transport. Il en supporte aussi les risques jusqu’à la destination finale desmarchandises.

L’importateur se charge également des formalités et frais d’exportation et d’importation. Il supporte aussi les droits et taxes liés à ces deux opérations.

Nous venons devoir le premier nouvel Incoterm de la liste ci-dessus.

Passons tout de suite au deuxième terme : FCA.

2.2 Incoterm FCA 2020

Pour bien mener l’étude de ce terme, je vous explique les obligations des deux parties du contrat de vente : acheteur et vendeur.

2.2.1 Les obligations du vendeur FCA 2020

Le vendeur emballe, charge, préachemine et dédouane la marchandise à l’export. Il met cette marchandise dédouanée à la disposition du transporteur choisi par l’acheteur au lieu convenu.

Toutefois, les parties conviennent du lieu de remise des marchandises.

Nous distinguons les lieux suivants :

– Livraison dans les locaux du vendeur,

– Livraison dans les locaux du transporteur (terminal) ou un autre lieu désigné par l’acheteur.

Si le vendeur livre la marchandise dans ses locaux, alors il supporte les frais et risques du chargement.

Si par contre, l’exportateur effectue la livraison dans un autre lieu, alors l’acheteur prend en charge le déchargement du véhicule et chargement de l’autre engin.

2.2.2 Les obligations de l’acheteur FCA 2020

L’acheteur choisit le mode de transport. Il conclut le contrat de transport et paie le transport principal.

Le transfert des frais et risques se réalise au moment où le transporteur prend en charge la marchandise.

Par ailleurs, pour cet Incoterm, les deux parties précisent le lieu géographique dans le contrat de vente.

Je vous propose deux exemples : FCA Aéroport Félix Houphouët Boigny d’Abidjan et FCA entrepôt de groupage du transitaire X Le Havre.

Si le transport s’effectue en conteneur ou par navire roulier, préférez FCA à FOB  

Après cette analyse, je vous montre l’innovation relative au nouvel Incoterm FCA 2020.

2.2.3 L’Incoterm FCA innové en 2020

Le nouvel Incoterm FCA 2020 s’enrichit d’une option OBL (On-board Bill of Lading).

Dans ce cas, les parties conviennent de la fourniture d’un connaissement embarqué pour le vendeur. En effet, les parties décident que l’acheteur donne des instructions au transporteur de remettre au vendeur une preuve de chargement à bord.

Cela permet aux parties de faire face aux demandes habituelles des banques d’inscrire un connaissement embarqué dans une lettre de crédit.

Contrairement aux Incoterms précédents, FCA enregistre une importante innovation en 2020.

L’Incoterm suivant (CPT) enregistre-t-il une modification majeure ?

Sans attendre, regardons ce terme.

2.3 Incoterm CPT 2020

L’étude de ce terme intègre les obligations des parties : acheteur et vendeur.

23.1 Les obligations du vendeur CPT 2020

Le vendeur paie tous les frais depuis l’emballage jusqu’au transport principal. Il transfère alors les charges à l’acheteur au point d’arrivée.

Quant aux risques, il les transfère à l’importateur au départ après la remise de la marchandise au transporteur principal.

Le vendeur paie donc le transport principal pour le compte de l’acheteur. La marchandise voyage également aux risques de ce dernier

2.3.2 Les obligations de l’acheteur CPT 2020

L’acheteur se charge des risques d’avaries ou perte. Cette prise en charge s’effectue après la remise des marchandises au premier transporteur. Il supporte également le dédouanement import et les frais de déchargement.

Par ailleurs, les deux parties doivent spécifier dans le contrat un lieu géographique lié à cet Incoterm. En effet, elles doivent indiquer dans le contrat le lieu de transfert des risques et celui des charges.

Je viens de vous exposer l’Incoterm CPT 2020. Ce terme plus l’assurance transport donne l’Incoterm CIP.

Traitons donc cet Incoterm : CIP

2.4 Incoterm CIP 2020

Les obligations du vendeur CIP correspondent à celles de CPT. Mais, le vendeur CIP doit fournir en plus une assurance transport. Il conclut le contrat de transport. Et il paie aussi le fret et la prime d’assurance.

Conformément à la règle CIP Incoterms 2020, le vendeur doit obtenir une couverture d’assurance étendue (« tous risques »).

Cette couverture correspond aux clauses A de ‘’l’Institute Cargo Clauses’’ ou couverture similaire.

Cette garantie ‘’tous risque’’ mentionnée couvre l’avarie commune et toutes les avaries particulières. Elle prend aussi en compte le vol total ou partiel, la perte totale (non livraison) ou partielle (manquant).

Elle englobe également les frais ‘’raisonnablement’’ engagés pour préserver les marchandises assurées d’un dommage ou pour le limiter.

Les parties sont néanmoins libres de convenir d’un niveau de couverture inférieur.

Il convient de noter que l’innovation majeure de CIP réside dans la précision de la couverture d’assurance.

Patientez ! J’aborde pour vous les 3 Incoterms de la famille D.

Débutons par le nouveau terme : DPU.

2.5 Incoterm DPU 2020

Le terme DPU représente un nouvel Incoterm. La CCI l’a créé en janvier 2020. Il remplace donc l’Incoterm DAT (Delivered At Terminal – Rendu au terminal) 2010.

2.5.1 Les obligations du vendeur DPU 2020

Le vendeur doit mettre la marchandise déchargée du moyen de transport principal à la disposition de l’acheteur au lieu de destination convenu.

Ce lieu peut être un terminal, un entrepôt ou les locaux de l’acheteur.

Les règles ‘’Incoterms 2020’’ permettent explicitement la réalisation du transport nécessaire. Elles autorisent l’utilisation de ses propres moyens de transport sans implication d’un transporteur agissant comme tierce partie.

Le vendeur n’est pas tenu de gérer le dédouanement dans le pays de destination, sauf convention contraire avec une variante « DPU dédouanée ».

Le DPU est le seul Incoterm qui impose au vendeur de décharger la marchandise à destination.

Qu’est-ce que l’acheteur DPU doit exécuter ?

2.5.2 Les obligations de l’acheteur DPU 2020

L’acheteur DPU doit prendre livraison des marchandises au lieu de destination. Il paye leur prix comme prévu dans le contrat de vente.

L’importateur doit en outre aviser le vendeur de la nécessité de lui fournir toute information. Cette information concerne l’importation et le transport des marchandises à leur destination finale.

Après l’étude détaillée de DPU, analysons le deuxième terme de la liste ci-dessus : DAP.

2.6 Incoterm DAP 2020

Cet Incoterm n’enregistre pas d’innovations majeures. Néanmoins, recensons les obligations des parties : acheteur et vendeur.

2.6.1 Les obligations du vendeur DAP 2020

Le vendeur doit livrer la marchandise jusqu’au lieu de destination convenu avec l’acheteur. Il ne la décharge pas.

Il doit aussi fournir à ses propres frais à l’acheteur le document lui permettant de prendre livraison des marchandises.

2.6.2 Les obligations de l’acheteur DAP 2020

L’acheteur prend en charge le dédouanement lié à l’importation. Il doit s’occuper du déchargement du véhicule à destination.

Il doit également payer le prix des marchandises prévu dans le contrat de vente.

L’importateur doit prendre livraison de ces marchandises dès qu’elles ont été livrées.

Enfin, je développe pour vous le dernier Incoterm 2020 : DDP.

2.7 Incoterm DDP 2020

2.7.1 Les obligations du vendeur DDP 2020

Le vendeur supporte tous les risques et s’occupe du transport et frais annexes de son usine jusqu’à celle de l’acheteur. Mais, il ne décharge pas la marchandise dans les locaux de l’acheteur.

Les règles ‘’Incoterms 2020’’ permettent explicitement que le transport nécessaire soit réalisé en vertu d’un contrat de transport. Le vendeur doit bien organiser le transport avec des moyens propres (sans implication d’un transporteur agissant comme tierce partie).

2.7.2 Les obligations de l’acheteur DDP 2020

L’acheteur prend livraison au lieu de destination convenu. Il paye les frais de déchargement.

Il doit également aviser le vendeur de la nécessité de lui fournir toute information relative à la sécurité. Cette sécurité concerne l’exportation, l’importation, le transport des marchandises à leur destination finale.

Nous venons d’étudier l’ensemble des 11 Incoterms 2020. Les innovations majeures concernent l’assurance, le lieu de transfert des risques et charges, la prise en compte de la sécurité des marchandises. J’ajoute à cette liste le document de transport.

Cependant, nous n’avons pas évoqué certains détails. Je vous exhorte à réaliser des recherches afin d’améliorer cette œuvre.

Pour finir, je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

MISSIONS DE LA DOUANE EN COTE D’IVOIRE

Mission et objectif de la douane
Mission et objectif de la douane

Les missions de la douane lui permettent d’atteindre les objectifs assignés. Ces missions constituent à n’en point douter sa raison d’être.

Lorsqu’on fait un gros plan sur la douane, on dénombre plusieurs missions.

Quelles sont donc les nombreuses missions de la douane ?

Avant de détailler ces multiples missions, sachez que la mission fiscale représente et demeure la mission la plus importante et la plus connue.

Ne vous inquiétez pas ! Nous y reviendrons.

Avant répondre à la question posée plus haut de manière détaillée, je vous présente déjà les principales missions de cette administration publique :

– fiscale,

– économique,

– facilitation des échanges,

– autres missions.

Commençons notre étude détaillée par la mission fiscale.

1 – MISSION FISCALE DE LA DOUANE

Droits et taxes de douane
Droits et taxes de douane

La douane collecte les droits et taxes exigibles sur les marchandises issues des opérations d’importation et d’exportation.

Cette mission fiscale constitue pour la douane la principale. Car, elle lui permet de collecter les droits et taxes afin d’alimenter les caisses de l’Etat.

C’est pourquoi, nous affirmons souvent qu’elle constitue la mission pourvoyeuse de fonds.

Après cette explication, je vous montre maintenant la source des recettes fiscales évoquées. Ces recettes tournent autour des droits et taxes exigibles.

Patientez ! Je détaille pour vous ces droits et taxes exigibles.

Nous avons les taxes et droits permanents ainsi que les taxes conjoncturelles.

1.1 Les taxes et droits permanents de la mission fiscale

Droits et taxes
Droits et taxes

Quels sont ces taxes et droits permanents ?

Sans attendre, je vous les cite. Nous avons :

– Droits de Douane (DD),

– Redevance Statistique (RSTA),

– Prélèvement Communautaire de Solidarité (PCS),

– Prélèvement Union Africaine (PUA),

– Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA),

– Taxe Supplémentaire de Douane (TSD).

Après avoir listé ces taxes et droits, je vous offre les taux applicables.

Commençons cette étude par les droits de douane.

1.1.1 Droits de Douane (DD).

Concernant ces droits, le taux applicable varie de 0% à 35%.

Passons maintenant au deuxième droit : redevance Statistique.

1.1.2 Redevance Statistique (RSTA).

Le taux de cette redevance équivaut à 1%.

En dehors de la redevance statistique, nous avons aussi le prélèvement communautaire de solidarité.

1.1.3 Prélèvement Communautaire de Solidarité (PCS).

Ce prélèvement représente 0,8% de la valeur statistique de la marchandise. Cette valeur correspond à l’Incoterm CIF en maritime.

Je vous vous indique aussi un autre prélèvement : prélèvement Communautaire CEDEAO.

1.1.4 Prélèvement Communautaire CEDEAO (PCC).

Comme précédemment ce prélèvement représente 0,5% de la valeur statistique.

Présentons maintenant le dernier prélèvement de la liste ci-dessus : prélèvement Union Africaine

1.1.5 Prélèvement Union Africaine (PUA).

Ce prélèvement correspond à 0,2% de cette même valeur statistique.

Nous venons d’étudier les différents droits.

Examinons maintenant les différentes taxes de la liste précédente. Nous avons :

– Taxe sur la valeur ajoutée,

– Taxe supplémentaire de douane.

Débutons cet examen par la TVA.

1.1.6 Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)

La douane perçoit la TVA sur toutes transactions nationales et sur l’importation de n’importe quel produit devant subir une transformation.

Toutefois, la douane exonère certaines marchandises dans les conditions prévues par le code des impôts.                                           

Exemple : médicaments, engrais…

Par ailleurs, le taux de TVA représente 18% de son assiette. Cette assiette intègre les éléments suivants :

– Valeur statistique,

– Droits de douane,

– Redevance statistique,

– Taxe d’Ajustement à l’Importation (TAI),

– Taxe Complémentaire de Protection (TCP)

Contrairement à la TVA, la taxe Supplémentaire de Douane a un montant fixe.

1.1.7 Taxe Supplémentaire de Douane (TSD)

La douane prélève cette taxe sur toutes les opérations d’importation. Elle s’élève à 20.000 FCFA.

Je viens de vous montrer les taxes et droits permanents.

Voyons maintenant les taxes non permanentes.

1.2 Les taxes non permanentes de la mission fiscale

Taxes de douane
Taxes de douane

En Côte d’Ivoire, ces taxes sont les suivantes :

– Taxe d’Ajustement à l’Importation (TAI),

– Taxe Complémentaire de Protection (TCP),

– Accises

Après avoir dressé la liste de ces taxes non permanentes, commençons notre étude par la première taxe évoquée.

1.2.1 La Taxe d’Ajustement à l’Importation

Cette taxe s’élève à 10% de la valeur statistique.

Patientez ! Je vous donne le taux de la deuxième taxe.

1.2.2 La Taxe Complémentaire de Protection

Le taux de cette taxe équivaut à 20%.

Ce n’est pas tout ! Il reste les accises à étudier.

1.2.3 Les accises.

Ces accises constituent des taxes additionnelles.

Dans ces conditions, la douane taxe les produits non considérés comme de première nécessité :

Je vous donne 3 exemples de ce type de produits.

– Tabac, Taxe Spéciale sur le Tabac (TST)

– Boisson, Taxe Spéciale sur les Boissons (TSB)

– Viande, Prélèvement Sur la Viande (PSV)

Par ailleurs, notons que la TAI remplace désormais la TCI (Taxe Conjoncturelle à l’Importation).

Quant à la TCP, elle remplace la TDI (Taxe Dégressive à l’Imploration).

Dans le cadre de ce remplacement, la TAI serait valable pour 5ans et la TCP pour 2ans.

Ces droits et taxes étudiés permettent aux vendeurs de déterminer la valeur de l’Incoterm DDP 2020. Car, DDP = DAP + droits et taxes de douane à l’import.

Il est important de noter que ces droits et taxes étudiés concernent les opérations d’importation.

Dans ces conditions, il nous appartient de compléter cette analyse détaillée.

Cela revient à dire que nous devons intégrer les opérations d’exportation.

1.3 Les droits et taxes à l’exportation concernant la mission fiscale de la douane

A l’export, nous enregistrons le droit Unique de Sortie (DUS),

* Droit Unique de Sortie

En principe à l’export, les produits ne sont pas soumis aux droits et taxes. Cette exonération permet de rendre ces produits compétitifs sur le marché extérieur.

Mais pour certaines catégories de produits, l’administration douanière perçoit le DUS. La douane le prélève en fonction de la masse ou du volume de la marchandise. Ce prélèvement varie selon la nature du produit.

Ce droit unique de sortie à l’export donne l’occasion à l’exportateur de calculer la valeur de l’Incoterm FAS. Cela revient à dire que FAS = EXW + Préacheminement + entreposage départ + transit export + Douane export (DUS).

Je viens de développer pour vous les missions fiscales de la douane.

Etudions maintenant la mission économique.

2 LA MISSION ECONOMIQUE DE LA DOUANE

Elle tourne autour de la protection et la promotion des industries locales.  

Pour réaliser cette mission, la douane se dote de moyens :

– Mise en œuvre d’instruments fiscaux de protection, 

– Mise en œuvre de la politique commerciale,

– Modernisation et la promotion de procédures et régimes douaniers économiques,

– Protection des produits locaux,

– Promotion des échanges extérieurs,

– Incitation à l’investissement.

Après avoir mentionné les moyens ci-dessus, j’en examine le premier listé : Mise en œuvre d’instruments fiscaux de protection.

2.1 Mise en œuvre d’instruments fiscaux de protection

La taxe dégressive de protection et la taxe conjoncturelle à l’importation constituent des instruments fiscaux de de protection dans le cadre de l’UEMOA. La douane utilise ces taxes lorsqu’une menace plane sur les productions nationales.

Présentons aussi le deuxième moyen évoqué plus haut : mise en œuvre de la politique commerciale.

2.2 Mise en œuvre de la politique commerciale 

L’UEMOA définit la politique commerciale. Les instruments de cette politique concernent le Tarif Extérieur Commun (TEC) des douanes, les régimes préférentiels de droits, etc.

Poursuivons notre analyse avec le troisième moyen : modernisation et la promotion de procédures et régimes douaniers économiques.

2.3 Modernisation et promotion de procédures et régimes douaniers économiques

Cette modernisation et promotion favorisent le développement des entreprises. Ces entreprises profitent des moyens suivants :

– Le transit,

– L’entrepôt sous douane,

– L’entrepôt industriel,

– L’admission temporaire,

– Le perfectionnement.

Je dois aussi vous exposer le quatrième moyen : protection des produits locaux.

2.4 Protection des produits locaux

La douane protège les produits locaux. Cette protection passe par la surveillance des échanges extérieurs.

En dehors de cette protection, nous avons la promotion des échanges extérieurs.

2.5 Promotion des échanges extérieurs

Pour promouvoir les échanges extérieurs, la douane supprime les entraves et barrières non tarifaires.

Patientez ! Je prends en compte pour vous le dernier moyen : Incitation à l’investissement.

2.6 Incitation à l’investissement

Dans ce cadre, la douane accorde des avantages fiscaux et douaniers aux opérateurs économiques.

Par ailleurs, la douane met à la disposition des autorités et des usagers des données statistiques relatives aux importations et exportations de marchandises. Après l’analyse de la mission économique, développons ensemble la mission suivante : facilitation des échanges

3 – MISSIONS DE LA DOUANE : FACILITATION DES ECHANGES

Pour faciliter les échanges, la douane réduit les exigences de documents requis. Elle simplifie les procédures de dédouanement.

En dehors de cette simplification, la douane élimine les pratiques contraignantes aux frontières. En plus, elle utilise le scanner pour des contrôles intrusifs.

Par ailleurs, la douane sécurise et simplifie les opérations de transit. Elle met aussi en place une organisation efficiente des services basée sur l’usage des traitements informatisés pour un gain de temps.

Avant d’aborder l’étape suivante, sachez que la douane promeut les recours en cas d’abus des services.

Nous venons de passer en revue la facilitation des échanges. Prenons maintenant en compte les autres missions.

4 – LES AUTRES MISSIONS DE LA DOUANE

Ces missions tournent autour de la protection des intérêts de l’Etat et des citoyens. Cette protection d’intérêts prend en compte :

– Contrôle,

– Protection de la santé publique,

– Protection de la sécurité publique,

– Surveillance des mouvements de capitaux,

– Protection du consommateur,

– Protection du patrimoine culturel et de l’environnement.

Débutons notre étude de cette partie par le contrôle.

4.1 Le contrôle

La douane contrôle les bagages, le fret, les colis postaux, les aéronefs et véhicules.

Après cette brève présentation, évoquons maintenant la protection de la santé publique.

4.2 La protection de la santé publique

Cette mission consiste à contrôler les importations de médicaments. Dans ce contexte, la douane lutte contre le trafic illicite de produits stupéfiants.

Outre ces deux aspects, l’administration douanière effectue des contrôles sanitaires et phytosanitaires.

Ne partez pas ! Je vous entretiens concernant la protection de la sécurité publique.

4.3 La protection de la sécurité publique

Concernant cette protection, la douane inspecte les importations d’armes et munitions. Elle contrôle aussi les publications capables de porter atteinte à la morale.

Ce n’est pas fini. Je vous présente également la surveillance des mouvements de capitaux.

4.4 La surveillance des mouvements de capitaux

Mouvements de capitaux
Mouvements de capitaux

La douane veille en permanence sur les mouvements de capitaux.

Attendez ! La protection des consommateurs doit être prise en compte.

4.5 La protection du consommateur

Pour protéger les consommateurs, la douane examine la qualité des produits alimentaires. Elle contrôle aussi les normes techniques. Enfin, elle recherche les produits contrefaits.

Ces actions traduisent très bien la protection annoncée des consommateurs.

Terminons cette analyse par la protection du patrimoine culturel et de l’environnement.

4.6 La protection du patrimoine culturel et de l’environnement

La douane inspecte les exportations de biens culturels. Elle applique la convention de Washington (le CITES) sur les espèces de flore et de faune menacées d’extinction.

Pour finir, je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

LES DIMENSIONS DU CONTAINER MARITIME

Les dimensions extérieures du container maritime

Les dimensions du container maritime constituent un pan de la conteneurisation développée précédemment. En effet, j’ai étudié avec vous deux articles relatifs à cette conteneurisation.

Je vous présente encore le libellé de ces deux articles :

4 types d’expédition en conteneur,

Calcul du fret en conteneur maritime.

Vous avez également des vidéos de ma chaine YouTube concernant le conteneur :

4 types d’expédition en conteneur

Comment calculer le fret maritime en conteneur de groupage

Comment calculer le fret maritime en conteneur complet

Pour renforcer votre connaissance concernant la conteneurisation, j’ai décidé d’analyser pour vous les dimensions du conteneur maritime.

Suivez-moi dans ma démarche. Je vous assure, vous serez satisfait.

Je commence le raisonnement par des données générales et utiles du conteneur.

La première information concerne évidemment les dimensions du conteneur. Elles respectent les normes internationales.

Par ailleurs, le conteneur dispose de deux avantages certains. En effet, il diminue le temps de transbordement et supprime les ruptures de charge.

Enfin, sa configuration facilite les opérations d’empotage et de dépotage.

Compte tenu de ses qualités évoquées, il m’appartient de vous présenter maintenant les dimensions du container maritime. Il s’agit d’étudier les dimensions standards.

Je suis convaincu que vous avez vu une multitude de dimensions de containers sur Internet.

Pour une question de clarté et crédibilité, mon analyse se base sur les données d’un livre.

Je vous donne les références de cet ouvrage :

 A. Barelier, J. Duboin, F. Duphil, Pratique du commerce international, FOUCHER, Paris, 1999

Ce livre mentionne les dimensions des conteneurs maritimes standards.

Pour bien mener cette analyse, nous disposons de deux types de conteneurs standards :

– 20 pieds,

– 40 pieds.

Commençons par les dimensions du conteneur maritimes 20 pieds.

1 – LE CONTENEUR MARITIME 20 PIEDS

Les dimensions du container maritime intègrent les points suivants :

– Les dimensions extérieures et intérieures,

– La masse chargeable,

– Le volume intérieur,

– Le nombre de palettes.

Je débute par l’analyse des dimensions extérieures du conteneur maritime.

1.1 Les dimensions extérieures du conteneur maritime 20 pieds

Ces dimensions tournent autour de la longueur, largeur et hauteur.

Je vous donne la longueur.

1.1.1 La longueur du conteneur maritime 20 pieds

Cette longueur représente 606 centimètres = 6,06 mètres.

Après la longueur, pensons à la largeur.

1.1.2 La largeur du conteneur maritime 20 pieds

La largeur équivaut à 244 centimètres = 2,44 mètres.

Enfin, je vous donne celle de la hauteur.

1.1.3 La hauteur du conteneur maritime 20 pieds

La hauteur donne la même dimension que la largeur. Ainsi nous avons : 244 centimètres = 2,44 mètres.

Je vous ai présenté les dimensions extérieures du conteneur maritime 20 pieds.

Patientez ! Je vous offre aussi ses dimensions intérieures.

1.2 Les dimensions intérieures du conteneur maritime 20 pieds

Comme précédemment, nous avons trois éléments : longueur, largeur et hauteur.

Je débute par la longueur.

1.2.1 La longueur intérieure du conteneur maritime 20 pieds

La longueur montre 594 centimètres = 5,94 mètres.

Attendez ! Je vous mentionne aussi la largeur.

1.2.2 La largeur intérieure du conteneur maritime 20 pieds

Cette largeur mesure 234 centimètres = 2,34 mètres.

En dehors de largeur, nous avons la hauteur. Je vous la présente.

1.2.3 La hauteur intérieure du conteneur maritime 20 pieds

Elle est égale à 225 centimètres environ. Cela représente 2,25 mètres.

Je viens de vous montrer les dimensions extérieures et intérieures du conteneur 20 pieds.

Etudions maintenant le volume intérieur.

1.3 Le volume intérieur du container maritime 20 pieds

Le volume varie de 31 m3 à 32 m3.

Voulez-vous ce volume en dm3, cm3 et mm?

Vous avez dit oui. Je convertis pour vous ce volume. En effet, 31 m3 donnent 31 000 dm3 = 31 000 000 cm3 = 31 000 000 000 mm3.

Ainsi, je fais la même conversion avec 32 m3. Nous avons alors 32 m3 = 32 000 dm3 = 32 000 000 cm3 = 32 000 000 000 mm3.

Attendez ! Ce n’est pas tout. Nous avons aussi la masse chargeable.

1.4 La masse chargeable du container maritime 20 pieds

 Cette masse représente 18 tonnes. Comme précédemment, j’effectue la conversion pour vous en kilogramme, gramme et milligramme.

Vous avez donc 18 tonnes = 18 000 kilogrammes = 18 000 000 grammes = 18 000 000 000 milligrammes.

Je suis convaincu que vous avez bien compris ces conversions.

Abordons maintenant la capacité de ce type de conteneur par rapport au nombre de palettes.

1.5 Le nombre de palettes du container maritime 20 pieds

Ce nombre varie en fonction de la dimension de la palette. Ainsi, vous avez 11 palettes de 800 mm x 1 200 mm et 10 palettes de 1 000 mm x 1 200 mm.

Actuellement, vous avez obtenu les dimensions du conteneur 20 pieds. Il reste celles du conteneur 40 pieds.

Patientez, je réalise pour vous cette analyse.

2 – LE CONTENEUR MARITIME 40 PIEDS

Les dimensions du container maritime tournent autour des termes suivants :

– Les dimensions extérieures et intérieures,

– La masse chargeable,

– Le volume intérieur,

– Le nombre de palettes.

Comme précédemment, voyons d’abord les dimensions extérieures du conteneur maritime.

2.1 Les dimensions extérieures du conteneur maritime 40 pieds

Ces dimensions prennent en compte la longueur, largeur et hauteur.

Commençons par la longueur.

2.1.1 La longueur du conteneur maritime 40 pieds

Cette longueur équivaut à 1 219 centimètres = 12,19 mètres.

Après la longueur, présentons la largeur.

2.1.2 La largeur du conteneur maritime 40 pieds

La largeur indique 244 centimètres = 2,44 mètres.

Enfin, je vous livre celle de la hauteur

2.1.3 La hauteur du conteneur maritime 40 pieds

La hauteur mentionne la même dimension que la largeur. Ainsi nous avons : 244 centimètres = 2,44 mètres.

Ce n’est pas tout. Il manque les dimensions intérieures.

Analysons ces dimensions maintenant.

2.2 Les dimensions intérieures du conteneur maritime 40 pieds

Ces dimensions tournent aussi autour de la longueur, largeur et hauteur.

Je vous montre d’abord la longueur.

2.2.1 La longueur intérieure du conteneur maritime 40 pieds

La longueur indique 1 204 centimètres = 12,04 mètres.

Ne partez pas ! Je dois aussi vous donner la largeur.

2.2.2 La largeur intérieure du conteneur maritime 40 pieds

La largeur est égale à 234 centimètres. Cela correspond à 2,34 mètres.

En dehors de largeur, nous avons la hauteur. Etudions donc cette hauteur.

2.2.3 La hauteur intérieure du conteneur maritime 40 pieds

Elle représente 225 centimètres environ. Cela équivaut à 2,25 mètres.

Après la présentation des dimensions extérieures et intérieures du conteneur 40 pieds, je vous donne le volume intérieur de ce type de conteneur.

2.3 Le volume intérieur du container maritime 40 pieds

Le volume oscille entre 62 m3 et 64 m3.

Attendez ! Ce n’est pas tout. Nous avons aussi la masse chargeable.

2.4 La masse chargeable du container maritime 40 pieds

 Cette masse équivaut à 18 tonnes.

Abordons maintenant la capacité de ce type de conteneur par rapport au nombre de palettes.

2.5 Le nombre de palettes du container maritime 40 pieds

Ce nombre varie en fonction de la dimension de la palette. Ainsi, vous avez 23 à 25 palettes de 800 mm x 1 200 mm et 20 palettes de 1 000 mm x 1 200 mm.

Vous venez d’enregistrer les dimensions du conteneur 40 pieds. Mais, nous avons aussi une autre catégorie de conteneur 40 pieds.

Je vous offre ses dimensions dans un tableau.

Les dimensions du container 40 pieds

Après cette brève présentation, je vous donne deux autres tableaux utiles.

De quoi s’agit-il ?

Je sais que vous les avez déjà imaginés. Car, nous avons utilisé les données de ces  deux tableaux dans notre démarche.

Il s’agit de tableaux de conversion de volume et masse.

3 – TABLEAUX DE CONVERSION DE VOLUME ET MASSE

Commençons par le tableau de conversion de masse.

3.1 Le tableau de conversion de masse

Tableau de conversion de masse lié aux dimensions du container maritime

Vous voyez les 18 tonnes évoquées plus haut dans le tableau.

Vous avez donc sa valeur en quintal (180 q), kilogramme (18 000 kg), hectogramme (180  000 hg), décagramme (1 800 000 dag), gramme (18 000 000 g), décigramme (180 000 000 dg), centigramme (1 800 000 000 cg) et en milligramme (18 000 000 000 mg).

Terminons cette étude par le tableau de conversion de volume.

3.2 Le tableau de conversion de volume

Tableau de conversion de volume utile aux dimensions du container maritime

J’ai placé pour vous les 31 et 32 m3 étudiés plus haut dans le tableau.

Je vous donne encore la conversion du premier volume. 31 m3 équivaut à 310 hectolitres (hl), 3 100 décalitres (dal), 31 000 litres (l) ou dm3, 310 000 décilitres (dl), 3 100 000 centilitres (cl), 31 000 000 millilitres (ml) ou cm3 et à 31 000 000 000 mm3.

Vous pouvez procéder de la même manière avec 32 m3.

Pour finir, je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.

LINERS TERMS ET CALCUL DU FRET MARITIME

Les liners terms interviennent dans le calcul du fret maritime. En effet, les conférences maritimes prennent en compte ces liners terms dans leur publication du fret maritime.

Très souvent, nos exercices et études de cas évoquent un seul type de liners terms. Il s’agit du fret bord / bord ou fret maritime. Nous y reviendrons dans la suite de l’article.

Que signifie donc le terme ‘’liners terms’’ ?

La définition est simple et importante.

Je vous la livre avec ferveur.

Le terme ‘’liners terms’’ signifie conditions de lignes régulières. Ces liners terms définissent les opérations de manutention incluses dans le fret annoncé par la compagnie maritime.

En dehors de cette définition, les liners terms font partie du contrat de transport conclu entre le vendeur ou acheteur et la compagnie maritime. 

Par ailleurs, nous dénombrons 9 liners terms.

Examinons maintenant ces 9 liners terms avec 3 schémas.

 Je vous montre le premier schéma. Il contient 3 liners terms.

Vous voyez ces 3 liners terms ci-dessous.

1 – SCHEMA 1 : LINERS TERMS COMMENÇANT PAR ‘’QUAI’’

3 liners terms commençant par ''quai''
3 liners terms commençant par  »quai »

Je les cite pour vous : fret quai / bord, fret quai / sous-palan et fret quai / quai.

Après cette citation, je les décompose pour vous.

Prenons d’abord le premier liner term : fret quai / bord.

1.1 Le liner term quai / bord

Pour ce type de fret, vous avez des opérations de manutention au départ. En effet, nous avons le magasinage, manutention terre et le chargement.

La dernière opération (chargement) contient de petites manutentions.

Attendez ! Je vous les cite maintenant.

 Vous avez : la prise en charge sous-palan, élingage (fourniture d’élingue), accrochage, hissage, virage et descente en cale. Il faut aussi ajouter l’arrimage, décrochage, désélingage et le saisissage éventuel.

Je vous invite à visualiser la vidéo correspondant à cette description.

Pour ce premier liner term, nous avons pris en compte toutes les opérations de manutention au départ.

Cependant, au port d’arrivée, le fret ne renferme aucune opération de manutention.

Prenons maintenant en compte le  deuxième liner term : fret quai / sous-palan.

1.2 Le liner term quai / sous-palan

Dans ce cas, le fret commence depuis le magasin départ jusqu’au port d’arrivée, sous le palan. Dans ces conditions, vous avez des opérations de manutention incluses dans le fret au départ et à l’arrivée.

Au départ, nous avons les mêmes opérations citées dans le premier cas. Mais à l’arrivée, ce type de fret intègre le déchargement du navire.

Comme précédemment, décomposons ce déchargement. En effet, elle englobe de petites opérations de manutention. Ce déchargement comporte le désarrimage, élingage, accrochage, hissage, virage, descente le long du bord, mise à quai, décrochage, désélingage et livraison le long du bord. Je vous invite encore à regarder la même vidéo concernant ce passage.

Vous constatez avec moi que ce deuxième liner term contient beaucoup plus d’opérations de manutention que le premier étudié.

Contrairement aux deux autres, le troisième liner term, fret quai / quai, intègre toutes les opérations de manutention intervenant dans le périmètre du navire.

Analysons donc ce liner term.

1.3 Le liner term quai / quai

Ce type de fret commence depuis le magasin de départ jusqu’au magasin d’arrivée.

Ainsi au départ, vous avez les opérations de manutention évoquées dans les deux liners terms précédents.

A l’arrivée, vous avez le déchargement du navire, la manutention terre et magasinage import.

Je vous ai déjà relaté la composition du déchargement concernant le deuxième liner term ci-dessus.

Patientez ! Ce n’est pas tout. Le schéma 2 est aussi utile que le schéma 1.

Analysons maintenant ce schéma si important.

2 – SCHEMA 2 : LINERS TERMS COMMENÇANT PAR ‘’SOUS-PALAN’’

3 liners terms commençant par ''sous-palan''
3 liners terms commençant par  »sous-palan »

Regardez très bien ce schéma.

Que constatez-vous ?

A première vue, vous avez aussi 3 liners terms. Je vous les cite : fret sous-palan / bord, fret sous-palan / sous-palan et fret sous-palan / quai.

Ces frets commencent sous le palan au port de départ. Cette situation, exclut certaines opérations de manutention. En effet, ces liners terms ne prennent pas en compte le magasinage et la manutention terre export. Mais, ils englobent le chargement du navire.

Après ce constat, analysons ces liners terms de manière détaillée.

Commençons par le liner term sous-palan / bord.

2.1 Le liner term sous-palan / bord

Il est le plus simple des 3 liners terms énumérés. En effet, il ne contient qu’une seule opération de manutention : le chargement ou acconage.

Passons maintenant au deuxième liner term : fret sous-palan / sous-palan.

2.2 Le liner term sous-palan / sous-palan

Contrairement au premier analysé, ce dernier est plus chargé. Cela revient à dire qu’il renferme plus d’opérations de manutention.

Par exemple, il prend en compte non seulement le chargement, mais également le déchargement.

Ce n’est pas fini. Il reste le liner term sous-palan / quai.

2.3 Le liner term sous-palan / quai

Ce liner term contient beaucoup plus d’opération de manutention au départ et à l’arrivée. En effet au départ, vous avez le chargement inclus dans le fret. Et à l’arrivée, le fret comprend toutes les opérations de manutention : déchargement, manutention terre et magasinage import.

Attendez ! Je commente pour vous le schéma 3.

3 – SCHEMA 3 : LINERS TERMS COMMENÇANT PAR ‘’BORD’’

3 liners terms commençant par ''bord''
3 liners terms commençant par  »bord »

Ce schéma nous montre encore 3 autres liners terms.

Quels sont ces liners terms ?

Il s’agit de : liner term bord / bord, liner term bord / sous-palan et liner term bord / quai.

Ces 3 éléments commencent par le terme ‘’bord’’.

Quelle est la conséquence de cette situation ?

Dans ce cas, au port de départ, vous n’avez pas d’opérations de manutention incluses dans le fret annoncé. Mais, à l’arrivée pour certains liners terms, vous avez des opérations de manutention incorporées dans le fret.

Suivez-moi, je vous les détaille.

Débutons cette analyse par le liner term bord / bord.

3.1 Le liner term bord / bord

Cette configuration de fret ne comporte aucune une opération de manutention au départ et à l’arrivée. Ce type de fret constitue donc le fret juste. Il est le plus connu. Car, nos exercices et études de cas mettent en valeur cette structure de fret.

Prenons maintenant le deuxième type : liner term bord / sous-palan.

3.2 Le liner term bord / sous-palan

Je vous ai indiqué plus haut que le fret commençant par le terme ‘’bord’’ ne comporte aucune opération de manutention au départ.

Dans ce cas précis, vous n’avez que le déchargement inclus dans ce fret.

N’abandonnez pas ! Je vous montre le dernier liner term : fret bord / quai.

3.3 Le liner term bord / quai

Ce dernier liner term contient plus d’opérations de manutention que les deux précédents. En effet, il prend en compte non seulement déchargement du navire, mais aussi la manutention terre et le magasinage import.

Je viens de vous relater la grande théorie des liners terms.

Ce n’est tout. Il reste le calcul du fret maritime selon ces liners terms.

Suivez-moi alors.

 4 – CALCUL DES LINERS TERMS

Nous venons de présenter et analyser les 9 liners terms.

Je vous présente le schéma récapitulatif de ces 9 liners terms

9 liners terms récapitulatifs
9 liners terms récapitulatifs

Passons maintenant aux différents calculs.

Avant d’effectuer ces calculs, présentons les opérations de manutention utiles.

4.1 Les manutentions utiles aux liners terms

4.1.1 Au port de départ.

Vous avez :

– Magasinage au Départ (MD),

– Manutention Terre au Départ (MTD),

– Chargement ou Acconage au Départ (AD)

Vous avez également des opérations de manutention au port d’arrivée.

4.1.2 Au port d’arrivée

Ces opérations sont :

– Magasinage à l’Arrivée (MA),

– Manutention Terre à l’Arrivée (MTA),

– Déchargement ou Acconage à l’Arrivée (AA).

 Après avoir listé les opérations de manutention utiles aux liners terms, passons maintenant au calcul.

Pour effectuer les différents calculs de ces liners terms, je mets à votre disposition des formules.

Afin de bien mener ces calculs, prenons un exemple pratique.

Je vous donne le libellé de cet exemple.

Pour une opération d’exportation, vous avez les informations suivantes:

– Magasinage au Départ (MD) = 350 EUR,

– Manutention Terre au Départ (MTD) = 150 EUR,

– Acconage au Départ (AD) = 120 EUR,

– Fret Net (FN) = 4 850 EUR,

– Acconage à l’Arrivée (AA) = 175 EUR,

– Manutention Terre à l’Arrivée (MTA) = 130 EUR,

– Magasinage à l’Arrivée (MA) = 300 EUR.

Calculez les différents frets selon les liners terms.

Débutons par les 3 premiers liners terms commençant par ‘’Bord’’.

4.2 Le calcul des liners terms commençant par ‘’bord’’

Démarrons avec le fret bord / bord

4.2.1 Le fret bord / bord

Ce fret est égal au fret net maritime. L’article relatif au calcul du fret net maritime en conventionnel a développé cet aspect. Je vous invite à visualiser la vidéo correspondante et deux articles relatifs au fret en conteneur complet et de groupage.

Je vous rappelle la formule de calcul.

Fret bord / bord = Fret Net = Fret de base + BAF + CAF + CSP – Ristourne

Fret bord / bord = fret de base (1 + taux BAF)(1 + taux CAF)(1 + taux CSP)(1 – taux Ristourne).

Je viens de vous présenter la formule de calcul du fret bord / bord. Dans ce cas, l’exemple nous donne le montant du fret net = 4 850 EUR.

Je vous montre aussi le calcul du fret bord / sous-palan.

4.2.2 Le fret bord / sous-palan

Pour une question de simplicité, remplaçons certains termes par des sigles.

Par exemple, nous avons : Bord = B, Sous-Palan = SP, Quai = Q et Fret Net = FN

Ainsi, la formule de ce liner term se présente de la manière suivante :

Fret B / SP = FN + AA

L’application numérique indique :

Fret B / SP = 4 850 + 175 = 5 025 EUR

Je vous donne aussi le fret bord / quai

4.2.3 Le fret bord / quai

La formule de calcul est :

Fret B / Q = FN + AA + MTA + MA

Le calcul de ce fret nous donne le montant suivant :

Fret B / Q = 4 850 + 175 + 130 + 300 = 5 455 EUR

Nous venons de voir les formules et calculs des liners terms commençant par ‘’Bord’’.

Etudions maintenant les liners terms débutant par ‘’Sous-Palan’’.

4.3 Le calcul des liners terms commençant par ‘’Sous-Palan’’

Le premier liner term de cette série est : fret sous-palan / bord.

4.3.1 Le fret sous-palan / bord

Je vous présente sa formule.

Fret SP / B = AD + FN

Son application numérique donne :

Fret SP / B = 120 + 4 850 = 4 970 EUR

Après le fret sous-palan / bord, je vous montre le deuxième de cette série : fret sous-palan / sous-palan.

4.3.2 Le fret sous-palan / sous-palan

La formule de ce dernier est :

Fret SP / SP = AD + FN + AA

Appliquons alors cette formule.

Fret SP / SP = 120 + 4 850 + 175 = 5 145 EUR

Je vous montre maintenant le dernier de ce groupe : fret sous-palan / quai.

4.3.3 Le fret sous-palan / quai

La structure de ce fret mentionne plus d’opérations de manutention que les 2 liners terms précédents.

Je vous la montre.

Fret SP / Q = AD + FN + AA + MTA + MA

Son calcul met en avant le montant suivant :

Fret SP / Q = 120 + 4 850 + 175 + 130 + 300 = 5 575 EUR

Patientez ! Je vous présente le dernier groupe. Il s’agit des liners terms commençant par ‘’Quai’’.

4.4 Le calcul des liners terms commençant par ‘’Quai’’

Le premier de ce groupe est : fret quai / bord.

4.4.1 Le fret quai / bord

La formule de ce liner term est la suivante :

Fret Q / B = MD + MTD + AD + FN

Fret Q/B = 350 + 150 + 120 + 4 850 = 5 470 EUR

Vous venez de voir la formule et calcul du premier liner term. Présentons aussi celle du deuxième terme : fret quai / sous-palan.

4.4.2 Le fret quai / sous-palan

La structure de ce fret révèle :

Fret Q / SP = MD + MTD + AD + FN + AA

Je vous montre son application numérique.

Fret Q / SP = 350 + 150 + 120 + 4 850 + 175 = 5 645 EUR

Enfin, il vous reste la formule du dernier de cette série : fret quai / quai.

4.4.3 Le fret quai / quai

Ce fret incorpore toutes les opérations de manutention dans le périmètre du navire. Ainsi, nous avons :

Fret Q / Q = MD + MTD + AD + FN + AA + MTA + MA

Terminons cette étude avec l’application de cette dernière formule.

Fret Q / Q = 350 + 150 + 120 + 4 850 + 175 + 130 + 300 = 6 075 EUR

Je viens de vous expliquer le calcul du fret selon les liners terms.

Ces liners terms sont spécifiquement liés au contrat de transport.

Vous ne devez pas les confondre avec les Incoterms. Ces derniers sont plutôt associés au contrat de vente.

Par ailleurs, les liners terms étudiés ne modifient en rien le point de transfert des risques défini par les Incoterms utilisés.

Pour finir, je vous remercie pour votre patience et attention particulière.

Je suis certain que vous voulez vous exprimer concernant cet article. C’est pourquoi je mets à votre disposition un formulaire de contact.

Après votre intervention, je vous exhorte à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir des articles qualitatifs qui répondront à vos préoccupations.